Le blocus de l’UPA fait peur

Liste des hôteliers

Si le blocus des sentiers sur les terres agricoles se maintient, les conséquences sur la prochaine saison de motoneige risquent d’entraîner des pertes d’emplois importantes, en plus des pertes économiques. « Si jamais le ministre de l’Agriculture, Laurent Lessard, n’a pas réussi à s’entendre avec les gens de l’UPA et que la saison est compromise, les dégâts seront majeurs, explique Robert Bilodeau, ancien président de l’ATR du Saguenay-Lac-Saint-Jean et propriétaire de l’Auberge Presbytère, à Hébertville.

« Pour moi et plusieurs autres intervenants de la région, ce serait une catastrophe économique. L’hiver, toute notre clientèle provient du secteur de la motoneige, que ce soit au niveau local ou encore avec les agences qui n’ont confirmé aucune réservation à date. Comme il semble bien – à moins d’une annonce importante faite aujourd’hui – que les sentiers resteront fermés, les amateurs vont choisir une autre destination.

« Pour moi, cela signifie que je renvoie chez eux 15 personnes qui travaillent uniquement en fonction de la motoneige. Présentement, les indices que nous avons ne nous démontrent pas qu’il y aura une ouverture. Les clubs n’ont pas encore installé leur signalisation. »

Mentionnons que l’ATR a investi plus de 100 000 $ en publicité au Québec pour promouvoir la saison de motoneige dans cette région.

Ventes au ralenti

Même son de cloche du côté de Robert Bégin, de SM Sports, un des plus importants locateurs de motoneige et organisateur de tournées.

« Présentement, nous vivons des conséquences incroyables à plusieurs niveaux. Tout d’abord, du côté des ventes, autant de motoneiges que de quads, les gens attendent. Même chose pour l’achat des droits de passage dont les sommes sont essentielles en termes de revenus pour les clubs qui organisent le réseau de sentiers.

« Je calcule que 75 % des gens attendent présentement de voir comment les choses vont tourner. Heureusement, la situation actuelle n’a pas encore entraîné de conséquences graves à l’étranger, mais c’est une question de temps. Si les choses ne changent pas, il y a 25 personnes de trop chez nous, ce qui signifie qu’il y aura des congédiements. »

BRP annonce des motos électriques Can-Am

Le Bas-Saint-Laurent

Pour les responsables du dossier de la motoneige dans le Bas-Saint-Laurent au niveau de l’ATR, les conséquences ne sont pas encore dramatiques, mais….

« Pour l’instant, il n’y a pas d’impacts majeurs pour la région, mais si la situation persiste. Il se pourrait fort bien que les choses changent.

Pour lire tout l’article…..

Auberge du Draveur - Motoneige