Les citoyens de Saint-Zénon en colère

Liste des hôteliers

Rappelons-nous une histoire qui a débuté l’an dernier, alors que la municipalité de Saint-Zénon avait décidé d’utiliser une parcelle de 50 pieds sur des terrains de 800 pieds de long, au bout de chacun des terrains des résidences du rang Saint-Francois dans le but d’aménager son sentier de motoneiges. Deux citoyens qui avaient l’habitude d’accepter le droit de passage des motoneigistes avaient alors changé d’idée et amené l’affaire en Cour supérieure.

Il y a de cela quelques jours déjà, la Cour suprême a déclaré que désormais, la Ville ne peut plus accorder un droit de passage pour les motoneiges sur certaines propriétés sans l’accord du propriétaire du terrain.

Suite à cette décision, plusieurs citoyens, commercants et hauts placés du village de Saint-Zénon manifestèrent leur colère.

 «Le juge a dit qu’il n’est pas convaincu de l’apport économique de la motoneige pour la région. Voyons donc ! Le tourisme, c’est 100 % des revenus de Saint-Zénon», s’exclame Mme. Murielle Richard, la mairesse.

La ville se voit maintenant forcée de choisir une des deux solutions envisageables.
«Soit on utilise la loi 9 du gouvernement Charest pour faire passer les motoneiges directement sur le rang Saint-François, devant les maisons, ou on va en appel. Le conseil prendra une décision à ce sujet la semaine prochaine», dit Mme Richard.

De plus la voisine des deux plaignants, qui déplore la décision de la Cour et de ses voisins, a déclaré qu’avec les bancs de neiges qui se trouvent sur ces terrains, on n’entend même pas les motoneigistes passer.
«Les commerçants ont perdu 50 % de leurs revenus l’hiver passé avec cette histoire-là. Il faut que ça arrête!», Dit-elle.

Nouveauté : le casque CKX Contact
Les Motoneiges Géro