Les coups de coeur 2013 de Marc Thibeault

Liste des hôteliers
Quel beau moment dans l’année que la rédaction de nos coups de coeur pour la saison qui approche à grands pas. L’été tire sa révérence et déjà plusieurs mois nous séparent de nos essais du mois de mars dernier lors du SnowShoot 2013 qui avait  lieu à West-Yellowstone au Montana. C’est pourtant encore très frais à ma mémoire, et je ne peux oublier les yeux brillants de mes collègues lorsqu’ils ont essayé toutes ces montures… Plus de 60, en à peine 4 jours ! Un « travail » colossal qui nous a permis de faire l’essai de toutes les nouveautés et améliorations des 4 manufacturiers. En fait, on met beaucoup l’accent sur les nouveautés, mais dans les faits les améliorations apportées aux technologies déjà existantes donnent la plupart du temps, les plus belles surprises. C’est dans cette optique que je vous présente mes 4 coups de coeur qui combinent quelques nouveautés, mais surtout beaucoup d’améliorations aux modèles déjà existants.
 
Arctic-Cat
Chez Arctic-Cat, l’année 2012 fût sans aucun doute la plus faste depuis une décennie, célébrant le 50 ième anniversaire du manufacturier Américain. On était en droit de s’attendre à un ralentissement du nombre de nouveautés pour 2013, l’année précédente ayant vue l’arrivée massive des châssis ProCross et ProClimb dans la grande majorité des modèles. Effectivement, on se devait de travailler sur la correction de plusieurs petites anomalies de 1ère année chez Arctic-Cat avant d’apporter d’autres changements importants. Malgré cela, plusieurs modèles 2013 retiennent l’attention dont l’édition « RR » dans la série « F » ainsi que mon choix pour 2013, la XF 800 CrossTour.
 

 XF 1100 Turbo CrossTour  représenté ci-dessus
 
 
Encore une fois, les manufacturiers Américains s’intéressent intensivement au marché Québécois et l’édition CrossTour en est un autre exemple. Autre preuve de cela, Arctic-Cat a emboîté le pas après Polaris en offrant son site internet en français, à notre plus grande joie. Offerte également avec un moteur 4 temps, la XF 800 CrossTour vient jouer dans le segment des Adventures et Expédition de ce monde. C’est une motoneige hybride qui offre une chenille Cobra de 141x15x1,25 pouces performant très bien dans ce châssis.  Très bien équipée de série pour ceux qui cherchent une motoneige pour faire de longues randonnées, j’apprécie les pare-chocs supplémentaires de la CrossTour qui rendent le châssis ProCross moins sensible aux impacts. Même si la puissance du 1100-Turbo n’est plus discutable, la légèreté et la flexibilité du 2-temps de 800cc de Suzuki m’anime toujours autant, surtout pour une motoneige qui risque souvent de se retrouver dans plusieurs centimètres de poudreuse. Porte bagages arrière, sac de tunnel, pare-brise haut ainsi que le démarreur et la marche arrière électronique en font une motoneige parfaite pour les randonneurs Québécois qui roule souvent à -20c. Pour les motoneigistes partant en duo sur la même monture,  et qui ne veulent pas retourner vers le châssis Twin-Spar, qui supporte encore les motoneiges « touring » chez Arctic-Cat, un siège 1+1 est offert pour ce modèle. Cela  transforme la CrossTour en motoneige pour 2 personnes. Finalement, la maniabilité que procure la suspension avant Arctic-Race combinée à l’ensemble des caractéristiques de la XF 800 CrossTour en font mon choix chez Arctic-Cat en 2013.
 
Polaris
Quand on parle de perfectionnement d’une technologie, il faut penser rapidement à Polaris, et plus particulièrement, à la suspension Pro-Ride. Avec un comportement et des performances  plus mitigés à son introduction en 2010, chaque année a su apporter une amélioration significative de cette suspension. En 2013, malgré mon amour des chenilles de 136 pouces, je me suis laissé séduire par la chenille de 121 pouces de la Rush 600 2013. Bien que toujours limité dans les bosses de plus de 8 pouces, le calibrage de la suspension Pro-Ride est optimal pour 2013.
 
 
Le gros changement est cependant concentré à l’avant de la motoneige. En effet, depuis son introduction, la Rush a toujours eu tendance à faire sur « ski-lift » en virages serrés, ce qui rendait les versions courtes très imprévisibles en conduite agressive. L’arrivée des nouveaux skis Pro-Steer a complètement changé la conduite des cette motoneige. J’ai eu la chance de conduire régulièrement des Rush depuis 3 ans et je ne peux que constater que le nouveau design de la quille du ski Pro-Steer règle une fois pour tout l’éternel combat avant-arrière de la Rush. Avec plus de 60 essais en 4 jours, la Rush 600 2013 a été l’une des motoneiges de sentiers les plus amusantes que j’ai essayée. En plus de l’impressionnante performance du CleanFire 600 de Polaris, ce moteur bénéficie d’une amélioration significative au système d’injection, ce qui a eu pour effet de réduire les émissions de gaz ainsi que l’odeur ressentie par tous. Une diminution de la consommation d’essence est également annoncée. Les nouveaux sièges qui équipent maintenant les Rush en fait une motoneige beaucoup plus confortable qu’il y a deux ans. Pour un prix de détail suggéré de 11 400$ canadien, cette Rush est définitivement le meilleur rapport qualité/prix/puissance sur le marché et c’est pourquoi, la Rush 600 est mon choix chez Polaris pour 2013.
 
Ski-Doo
Dans le cas de Ski-Doo, c’est difficile de dire qu’il n’y a pas de nouveautés d’année en année. Encore en 2013, plusieurs éléments nouveaux sont introduits dans la gamme de motoneiges. Mais il ne suffit pas d’avoir le terme « nouveauté » dans un feuillet publicitaire pour épater la galerie, encore faut-il que ces nouveautés procurent les résultats escomptés. Dans le cas de mon coup de coeur chez Ski-Doo, c’est vraiment la raison pourquoi j’ai choisi la Ski-Doo Summit SP 800 E-TEC 154 ».
 
 
Naturellement, la suspension tMotion est au coeur de ce choix car à première vue, j’étais un peu sceptique sur les résultats réels. Après tout, on parle d’à peine quelques degrés d’inclinaison latérale de la suspension et d’une chenille qui est flexible au niveau des rebords… Est-ce que ça va réellement faire une différence ? J’ai dû rapidement me rendre à l’évidence que ce n’était pas seulement de la poudre aux yeux. Nous avons eu la chance de faire notre après midi de montagne dans des conditions exceptionnelles avec 3 pieds de nouvelle neige. Ce fût une période mémorable dans tous les aspects de notre randonnée. J’ai été ravi par la facilité avec laquelle on peut incliner la Summit sans forcer, avec des notions minimales de conduite en montagnes. Je l’ai fait essayer à des motoneigistes qui ne pratiquent pas en temps normal ce type de motoneiges et ils sont rapidement devenus à l’aise avec la Summit. La puissance du 800 E-TEC reste un élément clé de cette motoneige qui doit faire accélérer une chenille PowderMax II de 154x16x2,5 pouces. Naturellement, le nouveau design du châssis XM est très réussi ce qui contribue grandement à rendre cette motoneige très attrayante. Le nouveau système LinQ à l’arrière du tunnel permet de transporter différents types de sac ainsi qu’un réservoir à essence vendus en option. Muni d’un système d’attaches rapides, les sacs peuvent être montés et enlevés rapidement. Encore une fois, les gens de BRP excellent dans ce genre d’accessoires en s’occupant de tous les menus détails. Même chose pour le coffre à lunettes chauffant pour les lunettes de Snow cross.  J’aime quand « les bottines suivent les babines » est c’est pourquoi j’ai choisi la Summit SP 800 E-TEC 154 » en 2013 chez Ski-Doo.
 
Yamaha
Beaucoup plus modeste sur l’aspect des changements, il n’en reste pas moins que les gens de Yamaha travaillent constamment à améliorer la qualité et les performances de leurs produits. Il est clair qu’à mon point de vue, et malgré les efforts louables que fait Yamaha pour développer des motoneiges plus polyvalentes en dehors des sentiers, le poids inhérent à la technologie à 4 temps en font des motoneiges mieux adaptées aux surfaces dures.  C’est en tout cas dans ce segment que j’apprécie le plus les motoneiges Yamaha.
 
 
En 2013, je suis revenu à ce que j’aime des moteurs Yamaha : puissance et douceur réunies dans une motoneige très stable. Pour moi, rien ne bat le son et la puissance du Genesis 150 en sentiers. Bien que je suis toujours en attente d’un châssis qui me permettra d’allonger les jambes le long du tunnel, la nouvelle Apex XTX m’a séduit dès le premier contact. Contrairement à la version courte qui est souvent en dérapage arrière en accélérations, la chenille de 144 pouces de la XTX permet de meilleures accélérations en gardant une trajectoire plus stable. Combinée à la suspension Dual Shock CK, la XTX travaille mieux dans les sentiers bosselés que la version courte tout en restant facile à manoeuvrer grâce à la direction assistée. Pour ceux qui pensent que le fait d’avoir une chenille plus longue fait de l’Apex une motoneige hybride, ne misez pas trop sur cela car le poids de celle-ci ne se dément pas.  À noter que le prix de détail de cette motoneige peut paraître élevé, mais quand on regarde de plus près la qualité des matériaux et de l’assemblage, on ne peut qu’apprécier l’ensemble de la finition du véhicule qui est simplement irréprochable. Il reste que l’Apex XTX est une des Yamaha que j’ai le plus appréciée depuis les dernières années et c’est mon choix chez Yamaha pour 2013.
 
Essai de Lane du Lynx Boondocker DS 4100 850 E-TEC 2022