Les motoneigistes espèrent toujours

Liste des hôteliers

Par contre, dans les magasins de motoneige, le temps clément du dernier mois n’a pas du tout aidé les ventes.

«On le ressent dans les ventes», confirme le directeur des ventes chez Riendeau Sports, à Saint-Mathieu de Belœil, Éric Mervicini. Selon ses dires, les ventes de motoneiges neuves sont à la moitié de ce qu’elles étaient il y a deux ans pour la même période. Le département des pièces et la boutique sont dans la même situation.

«Ailleurs au Québec, dans les Laurentides ou au Saguenay-Lac-Saint-Jean, il n’y a pas de neige non plus. Les gens ne peuvent même pas aller dans d’autres régions pour en faire. Ils ne sont donc pas intéressés à venir acheter une motoneige.»

C’est la deuxième année que la vente de motoneiges est affectée. L’an dernier, les producteurs agricoles québécois avaient décidé de barrer les sentiers de motoneige passant sur leurs terres pour protester contre une mesure financière du gouvernement provincial.

«On a pas mal hâte que ça commence à tomber», conclut M. Mervicini.

Pas que du négatif

Au club de motoneige Adidou, les 694 membres ont très hâte d’enfourcher leur motoneige. Par contre, l’automne qui s’allonge permet de travailler sur le sentier de contournement de Contrecoeur, un tronçon de sept kilomètres.

«Ça nous permet de continuer de mieux préparer les sentiers pour l’hiver, mentionne le président du club, Robert Roy. Mais les membres ont hâte de circuler sur les sentiers, ça c’est sûr.»

Pour ouvrir les sentiers, il faut un minimum de 30 centimètres de neige, pour couvrir les labours dans les champs et permettre de circuler en toute sécurité. «À ce moment-ci de l’année, c’est assez rare qu’on ouvre les sentiers. Habituellement, ça attend au temps des Fêtes», indique M. Roy.

Restaurateurs

Pendant la saison, de nombreux motoneigistes arrêtent se ravitailler au Bar de la Rive, à Saint-Antoine-sur-Richelieu. Pour l’établissement, l’absence de motoneiges ne se fait pas trop sentir encore.

Le Club Sportif Populaire du Bas-St-Laurent souligne son 50e anniversaire

«Je ne m’inquiète pas trop, indique le propriétaire, David Cormier. Ce n’est pas le premier hiver où ça arrive. Ce que j’espère le plus, c’est que la rivière Richelieu gèle rapidement, car c’est par là que les motoneigistes arrivent.»

Les Motoneiges Géro