web analytics

Les refuges pour sentiers du Nouveau-Brunswick sont-ils vraiment uniques ?

Motoneige NB/Snowmobile NB entretient un réseau d’environ 150 abris de sentiers sur les quelque 8000 kilomètres de sentiers du Nouveau-Brunswick. C’est en moyenne un abri pour chaque 50 kilomètres de sentiers au Nouveau-Brunswick.

J’ai eu le privilège de faire de la motoneige dans huit provinces et sept États au cours de mes plus de 50 ans de pratique. Les relais ne font pas partie des réseaux de sentiers partout.

Les refuges à travers le Canada

La Colombie-Britannique possède des refuges pour les groupes plus importants, généralement construits à au moins deux ou trois étages en hauteur pour tenir compte de l’accumulation massive de neige à haute altitude. L’Alberta et la Saskatchewan ont essentiellement moins d’abris dans leurs réseaux de sentiers. Le Manitoba (SnoMan) a indiqué avoir environ 195 abris, ouf !

J’ai roulé dans les régions principalement nordiques de l’Ontario. J’ai été surpris d’apprendre, lors de mon séjour en Ontario, que les refuges ne sont pas nombreux sur les plus de 30 000 km de sentiers de la province.

Dans le reste de l’est du Canada — la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador — il y a des refuges de sentiers. Chaque Fédération a des abris différents par région. Les abris sont construits et aménagés de façon très similaire à ceux du Nouveau-Brunswick. La plupart ont des bancs ou des chaises, habituellement des crochets pour les manteaux, des étagères pour les casques, un poêle à bois, du bois de chauffage et souvent un support de séchage pour les gants ou les cagoules mouillés. Ils offrent tous des arrêts chauds, mais il n’y a pas autant d’arrêts qu’au Nouveau-Brunswick.

Le Québec adore ses refuges

Au Québec, où je roule le plus, à côté de ma province d’origine, les clubs de la FCMQ ont adopté un système très différent pour l’hébergement. Les motoneigistes trouveront et visiteront une série de relais dans toute la région du Québec. Certains relais sont des propriétés privées, d’autres font partie d’un système public.

Si vous voyagez au Québec pendant toutes les saisons, vous apprendrez rapidement que le Village-Relais est unique au Québec. Il y a environ 40 Village-Relais dans la province, dont plusieurs sont accessibles en motoneige.

Les Village-Relais sont répartis sur tout le territoire québécois dans des municipalités reconnues par le Ministère des Transports. Ils offrent une variété de services en collaboration avec les entreprises locales et un endroit agréable et sécuritaire pour s’arrêter. Ils constituent la plupart des « abris » lorsque vous faites de la motoneige au Québec et sont complétés par une série de relais privés offrant du carburant et généralement une cuisine, mais pas d’hébergement.

Oui, il y a quelques abris de sentier « Club » au Québec. Habituellement, ces refuges se trouvent dans des régions de sentiers très éloignées où passer la nuit en rade pourrait être fatal. Ces refuges sont l’exception dans mon expérience sur le réseau de 33 000 km.

Clubs — Les bénévoles font en sorte que les refuges existent.

Les motoneigistes ont la chance d’avoir des clubs. Les bénévoles du club consacrent énormément de temps, d’argent et d’énergie pour nous fournir un abri. Pouvoir s’arrêter pour se réchauffer, nettoyer sa visière, sécher sa cagoule et faire une pause après une journée de grand froid est une bénédiction. Les bénévoles qui construisent et entretiennent ces structures méritent un grand merci. Ils méritent notre appréciation plus souvent qu’ils ne la reçoivent.

Refuges

Des propriétaires accueillants et courtois

Au N.-B., nous avons également des propriétaires très accommodants. Oui, quelques-uns des quelque 150 refuges sont situés sur des terres de la Couronne (publiques), mais ces emplacements ont également été approuvés et contrôlés.

La majorité des refuges se trouvent sur des terres privées. Ce fait n’est qu’une raison de plus pour laquelle nous devrions exprimer notre gratitude et notre humilité. Nous ne sommes pas propriétaires du terrain sur lequel nous nous rassemblons. Et…… presque tous les propriétaires demandent que nous ne roulions que sur les couloirs de sentiers balisés menant au refuge. Le même propriétaire privé a également fourni le sentier que vous venez de parcourir jusqu’au refuge.

Refuges

Quel est le rôle du motoneigiste ?

C’est très simple, si nous voulons que les refuges des sentiers restent dans le futur, nous devons les utiliser comme ils sont censés l’être. Arrêtez-vous, réchauffez-vous, séchez votre équipement, prenez votre collation et poursuivez votre route. Faites de la place aux autres cyclistes.

Remerciez le club local et demandez-lui s’il a besoin d’un don pour le bois de chauffage de la saison prochaine. Remerciez le propriétaire du terrain pour qu’il reste sur les sentiers qui mènent au refuge et en reviennent. Et laissez tous les refuges en meilleur état que vous ne les avez trouvés. À mon avis, il ne devrait jamais y avoir besoin de poubelles, dans aucun refuge, jamais.

Refuges

Conclusion

Les refuges de sentiers ne sont pas uniques au Nouveau-Brunswick, mais ils s’adaptent à la région qu’ils desservent. Les communautés respectives de motoneigistes ont créé ou se sont associées à d’autres pour maintenir un système précieux de relais ou de refuges pour compléter notre expérience de conduite. Notre rôle en tant que motocyclistes est de respecter tout le monde.

Continuez votre lecture avec ses articles:

Infolettre Motoneiges.ca

Abonnes-toi à l'infolettre des Motoneigistes afin de rester informé sur tout ce qui touche ta passion.

Pays de la Motoneige