Polaris 800 H.O. Switchback PRO-S: bilan de saison

Polaris 800 H.O. Switchback PRO-S: bilan de saison

Quelle belle expérience de rouler deux années consécutives avec le même modèle. En fait, l’idée était d’approfondir notre compréhension du véhicule, d’éprouver sa fiabilité sur deux unités ainsi que sur deux saisons et ultimement, raffiner nos impressions de la première saison. Il est clair que nous avons tenté de trouver des différences entre le modèle 2015, qui était la première année du châssis AXYS, et le modèle 2016 que j’ai eu la chance de conduire cet hiver. Disons que nous devons nous rendre à l’évidence, il n’y a pour ainsi dire, pas eu de changements notables sur la Switchback PRO-S en 2016…  Cela démontre de façon notable que le lancement de ce modèle a été un succès dès sa première année, ce qui n’est pas peu dire dans le domaine de la motoneige. Encore une fois cette saison, c’est l’équilibre entre le châssis AXYS, la suspension PRO-XC et l’impressionnant moteur de 800 cm3 qui m’impressionne le plus. 

Maniabilité

Un des éléments les plus marquants de la saison avec la nouvelle Switchback PRO-S est encore une fois l’équilibre qu’offre le châssis AXYS et ce, dans une multitude de conditions et de situations de sentier. Lorsque nous parcourons plusieurs milliers de kilomètres dans une saison, il nous arrive tôt ou tard de vivre quelques imprévus ou des situations où le pilote a des décisions rapides à prendre. Étant de beaucoup plus prévisible que d’autres motoneiges de la compétition, plusieurs situations sont faciles à corriger, là où le pilote a mal évalué le terrain, car la motoneige pardonne très facilement les erreurs de conduite. Dès que l’on a bien compris (plus ou moins 500 km) l’équilibre du véhicule, on devient très habile avec celui-ci qui répond à nos moindres mouvements. On a la sensation que le véhicule est plus petit et plus léger que d’autres modèles, ce qui n’est pas seulement une impression. Même sans artifice sous les skis, on peut rapidement trouver la façon d’obtenir une conduite précise et limiter le sous-virage. 

Les Gants Freeride de 509

Confort

Étant beaucoup plus attentif à l’aspect confort depuis quelques années, Polaris a réussi à produire un châssis et une suspension qui donnent un rendu exceptionnel combinant conduite sportive et confort du conducteur. La version PRO-S de la Switchback que j’ai essayée encore cet hiver propose un ensemble beaucoup plus adapté aux randonneurs en sentier que la PRO-X. La Switchback reste à plat dans les virages, ce qui limite la nécessité pour le pilote de se pencher agressivement ou pire, de devoir gérer le soulèvement du ski intérieur. Dans les sentiers bosselés, la suspension PRO-XC à l’arrière reste confortable en étant beaucoup plus progressive que l’ancienne génération. À 185 livres/83,9 kg, j’ai ajusté les ressorts avant avec une précharge importante (3/4) afin de garder une bonne conduite, tout comme à l’arrière pour éviter l’affaissement. Même chose pour l’amortisseur situé à l’avant de la suspension arrière.  Celui-ci ne doit pas être trop mou, car il se produit un effet de propulsion en sortie des grosses bosses. Quant aux ajustements de rebond sur les amortisseurs, c’est essentiellement une question de goût en fonction de votre style. Bien que l’effet de « tapage » dans certains types de bosses soit considérablement diminué par rapport au châssis PRO-RIDE, l’effet n’est pas complètement éliminé. On le sait, le confort est intimement lié à la position de conduite sur le véhicule. De ce côté, on frise la perfection avec la Switchback, car on est toujours en bonne position pour faire face à diverses situations. La forme du siège contribue grandement à ce confort malgré que celui-ci pourrait être légèrement plus moelleux. 

Puissance et traction

Avec la multitude d’innovations techniques que nous offre le moteur 800 Cleanfire H.O. depuis 2015 et la performance que celui-ci nous a livrée l’an passé, nous espérions seulement qu’il soit égal à ce que nous avions expérimenté. Annonçant toujours plus 160 chevaux-vapeur, ce fut tout simplement une joie de trouver ce gros moulin. La consommation d’essence n’a pas vraiment changé comparativement à l’année passée, soit entre 17 et 19 litres par 100 km en fonction du style de conduite. Quant à la consommation d’huile, on avoisine 0,5 litre aux 100 km.  Ce qui est important quand on conduit cette cylindrée, c’est l’accélération ! Celle-ci est toujours impressionnante, tout comme ses reprises qui sont instantanées à tous les régimes. Le système d’entrainement P85/TEAM LWT transmet toute la puissance disponible à la chenille RipSaw II de 15x137x1,25 pouces / 38,1x348x3,18 cm. Cette dernière mériterait probablement un profilage de 1.5 pouce/3,8 cm, car le véhicule souffre de dérapage en accélération dans certaines conditions de neige plus épaisse. Cependant, cela devient un avantage en virage, car la chenille propose un point de dérapage latéral parfait pour une chenille de 137 pouces/348 cm  rendant la Switchback très agile en conduite sportive.

Essai du Système de siège 1+1 Linq

Accessoires et finition

Comme je l’ai déjà mentionné, la qualité de conception, d’assemblage et de finition du nouveau châssis AXYS dont dispose la Switchback est de beaucoup supérieure à l’ancienne génération. La conception du capot central, facile à enlever, ainsi que les panneaux latéraux munis de nouveaux systèmes d’encrage sont beaucoup plus faciles à utiliser, même par temps très froid. Le système de démarrage électrique est beaucoup plus silencieux que par le passé et lui aussi, plus efficace lors de grands froids. Le choix d’offrir de série un éclairage à DEL est clairement un plus pour Polaris dont l’efficacité est indéniable. L’allure générale du véhicule n’a laissé personne indifférent, le design plus raffiné du capot ayant plu à un grand nombre de motoneigistes rencontrés dans les sentiers. Cependant, le rangement de série est pratiquement inexistant, ce qui est un désavantage avec ce type de suspension, car il n’y a pas de tunnel arrière. Nous avons donc opté pour l’ajout d’un porte-bagages optionnel avec les valises de côté Lock & Ride. C’est définitivement un plus pour ceux qui prévoient faire des randonnées de quelques jours.

Conclusion

Une des façons de savoir si une motoneige a atteint ses objectifs est de regarder les modifications que les ingénieurs y apportent dès l’année suivante. Résultat : aucune modification pour 2016. La 800 Switchback PRO-S procure beaucoup de plaisir et de sensations fortes tout en étant très confortable pour les très longues randonnées. Même après 2 années d’essais avec cette motoneige, j’ai toujours du plaisir à la conduire et ce, à chacune de mes randonnées. Performance, confort et maniabilité, voici ce qui résume les grandes qualités de cette motoneige. Encore une fois, j’ai eu le privilège de bénéficier des précieux conseils de l’équipe de chez CM Barbeau, concessionnaire Polaris du nord de la ville de Québec, qui ont pris grand soin de ma monture. Cet essai me fait encore apprécier le fait d’avoir un concessionnaire attentionné et toujours à l’écoute. Pour ma part, la plateforme AXYS est maintenant un leader de l’industrie, car elle est déjà à son apogée dès la seconde année de son existence. J’avais un peu peur de l’ennui en entamant une deuxième saison avec la même motoneige. La Polaris 800 H.O. Switchback PRO-S 2016 m’a fait complètement oublier ce fait. Chaque randonnée m’a procuré beaucoup de plaisir et de belles sensations dans toutes les conditions rencontrées. Avec cette motoneige, Polaris est clairement revenu parmi les leaders des sentiers pour le marché de Québec et du nord-est du continent

Les Motoneiges Géro