Pont international : Edmundston et Madawaska demandent une voie récréative

Pont international : Edmundston et Madawaska demandent une voie récréative

Pont international : Edmundston et Madawaska demandent une voie récréative

Pont international : Edmundston et Madawaska demandent une voie récréative

Le regroupement souhaite qu'une voie pour cycliste, VTT, motoneige et piéton soit ajoutée au projet actuel. Photo : Radio-Canada/Bernard LeBel

Traverser la frontière américaine dans une voie réservée pour les motoneiges et les VTT. Voilà ce que souhaitent les municipalités d'Edmundston, au Nouveau-Brunswick, et de Madawaska, au Maine. Elles demandent que le prochain pont sur le fleuve Saint-Jean soit équipé d'une voie pour ces véhicules récréatifs.

L’actuel pont qui enjambe le fleuve doit être remplacé d’ici 2023.

Des fonctionnaires canadiens et américains doivent décider prochainement si une voie séparée pour les véhicules hors route et les bicyclettes fera partie ou non du projet.

Le front commun d’élus et de gens d’affaires du Nouveau-Brunswick et du Maine veut rappeler aux fonctionnaires l’importance d'inclure une telle voie, soutient le maire d’Edmundston, Cyrille Simard.

« C’est plus qu’un pont, c’est un lien entre deux communautés qui veulent travailler ensemble. » Cyrille Simard, maire d'Edmundston

Il soutient que plusieurs mois après la première demande conjointe en ce sens, ce détail devrait être réglé dans l’élaboration du projet.

« On est convaincu que c’est faisable, même dans les budgets prévus initialement. »

Pour les communautés des deux côtés de la frontière, il est essentiel que pour les 100 prochaines années, le pont soit plus qu'un lien routier, affirme le maire.

Un projet réaliste

Pont international : Edmundston et Madawaska demandent une voie récréative

Des élus et des gens d'affaires des deux côtés de la province font front commun pour qu'une voie pour VTT et motoneige soit ajoutée. Photo : Radio-Canada/Bernard LeBel

Plusieurs projets de transport et de loisir dans la région gagneraient à ce qu’il soit facile pour les utilisateurs de VTT et de motoneige d’enjamber la frontière, estime-t-il.

« On a toutes les deux, dans nos deux communautés, l’intention de développer des sentiers multi-usages. » Cyrille Simard, maire d'Edmundston 

Il serait inacceptable que le pont ne propose pas une telle voie, soutient Cyrille Simard.

« On a des besoins, ce n’est pas des besoins qui sont farfelus, c’est réaliste et réalisable. »

Le politicien souhaite ardemment que le nouveau pont soit construit d’ici quatre à cinq ans.

Une première journée portes ouvertes réussie chez André Hallé et Fils de Rimouski!