Premières impressions Yamaha SRViper S-TX 146 DX 2016

Premières impressions Yamaha SRViper S-TX 146 DX 2016

C’est déjà le moment de vous livrer mes premières impressions sur la Yamaha SRViper S-TX 146 DX 2016 que j’ai la chance de piloter cette saison. Fournie par Yamaha Canada qui collabore aux essais à long terme du magazine web Motoneiges.ca,  la SRViper S-TX 146 DX fera l’objet d’une analyse poussée durant une saison complète. Toute de noir vêtue, elle est élégante et classique.

Au moment d’écrire ces lignes, nous avons déjà parcouru près de 3 000 km sur cette motoneige malgré une météo décevante. Cette année, Dame Nature ne nous gâte pas vraiment côté conditions. Nous avons eu un départ de saison tardif et la pluie tombe aussi souvent que la neige. Nous avons dû utiliser la remorque fréquemment en début de saison afin de mettre du kilométrage sur notre motoneige d’essai.

La plupart des kilomètres parcourus l’ont été sur des sentiers durcis avec peu de neige poudreuse. En conséquence, nous n’avons pas encore pu valider les performances hors-piste de la S-TX 146 DX. Cependant, nous n’avons eu en aucun moment des problèmes de surchauffe associés au manque de neige.  D’autres motoneigistes qui nous accompagnaient avaient pourtant des soucis de surchauffe du moteur. Le système de refroidissement des SRViper de Yamaha est très performant et nous n’entendons pas de glace se détacher et passer dans le tunnel. Vous savez, ce son désagréable où l’on croit que tout va arracher ! Je ne connais pas la raison, mais au cours des trois dernières saisons avec ce châssis, ce phénomène fréquent chez les autres manufacturiers ne s’est jamais produit.

La période de rodage s’est effectuée sans aucun problème ni bris. Nous avons effectué le premier entretien autour de 1 000 km chez le concessionnaire Yamaha 5 étoiles associé à cet essai, P. Labonté et fils de Mont-Joli.  www.plabonte.com/actions/showHome. Depuis, aucun problème à signaler. Le démarrage est instantané même par temps froid.

Essai de la veste ewool PRO

Je ne le cache pas, pour l’avoir essayé à plusieurs reprises, j’adore la combinaison du châssis SRV et du moteur Genesis depuis sa sortie. Sans surprise, le moteur et l’embrayage sont à la fois doux et puissants tel qu’anticipé.  Rien à redire sur ce point, c’est une combinaison gagnante. J’apprécie ce moteur haute performance à quatre temps de 1049 cm3  surtout pour sa fiabilité, son économie de carburant et ses performances à tous les régimes. Dès les premiers kilomètres, j’ai constaté que la SRViper S-TX 146 DX est tout aussi agréable à piloter malgré sa longue chenille de 146 pouces/370,8 cm. Qui plus est, ses caractéristiques uniques en font une motoneige parfaite pour les très longues randonnées.

La position de conduite est l’une des plus confortables sur le marché. En effet, on peut adopter une multitude de positions selon notre style de pilotage, allant d’une position très avancée en conduite agressive à une position plus reculée sur le siège en conduite modérée. Ces diverses positions pour nos jambes nous permettent d’avaler les kilomètres lors des longues randonnées sans ressentir de fatigue. La hauteur du guidon nous permet une conduite debout très efficace quand la situation l’exige et la transition se fait naturellement.

Plusieurs autres éléments de cette motoneige nous permettent d’avaler les kilomètres sans fatigue et surtout sans souci. Ma caractéristique préférée de ce modèle est sans contredit le réservoir d’essence d’appoint de 16,3 litres.  Additionnés aux 37 litres du réservoir principal, vous obtenez une autonomie totale de plus de 300 kilomètres (basé sur nos premières consommations qui tournent autour de 15,5 litres aux 100 km). Ça élimine donc le besoin de trainer un bidon d’essence qu’on ne sait jamais où fixer. Comme il est relié au réservoir principal, il n’y a aucun dégât ou fuite lors des transbordements.  

J’apprécie également la hauteur du pare-brise qui nous protège très efficacement du vent sans nuire à la visibilité ni au look. Les deux miroirs qui lui sont fixés sont bien positionnés et offrent une excellente visibilité. Le siège chauffant est très efficace (trop?) surtout en fin de journée quand l’humidité et le froid deviennent pénibles pour le motoneigiste. Ça chauffe tellement que je peux endurer le niveau « Low » seulement pour de courtes périodes.

509 Allied isolated

En résumé, cette motoneige est vraiment conçue pour les amateurs de longues randonnées. Yamaha a frappé dans le mille à ce niveau. Reste à vérifier ses capacités hors-piste si la neige peut finalement tomber en bonne quantité. Mais je suis confiant que la longue chenille de 146 pouces/370,8 cm saura faire le travail. Si c’est le cas, avec en plus la possibilité de la transformer en motoneige de tourisme (voir mon analyse pré-randonnée), on pourra alors parler d’une motoneige très polyvalente.

Je profite de l'occasion pour remercier notre partenaire Yamaha Canada ainsi que le concessionnaire Yamaha 5 étoiles associé à cet essai, P. Labonté et fils de Mont-Joli. www.plabonte.com/actions/showHome.  

Vous pourrez suivre tout au long de la saison l'analyse de cette motoneige sur le site du magazine  www.motoneiges.ca ainsi que sur la page Facebook de Motoneiges.ca. Le prochain article sera le bilan de l’essai que vous pourrez lire dans les prochaines semaines.

Bonne saison et soyez prudents !!!

Grand Salon Motoneige Quad 2022