Randonnée au Nouveau-Brunswick

Randonnée au Nouveau-Brunswick

Sentier transprovincial 19 au lendemain d’une tempête de neige
Sentier transprovincial 19 au lendemain d’une tempête de neige

Bonjour amis motoneigistes,

L’année passée, nous nous étions aventurés dans les sentiers du Nouveau-Brunswick afin de visiter cette belle province, de mieux connaître sa population et de voir la qualité et le type de sentiers de motoneige qu’on y retrouve.

Bien que nous ayons très bien aimé notre expérience, nous avions noté plusieurs lacunes du point de vue de la signalisation dans les sentiers, qui auraient pu occasionner des problèmes aux motoneigistes qui viennent d’une autre province. Par contre, les paysages et la population étaient extraordinaires.

Nous en avions parlé avec certains dirigeants du domaine de la motoneige au Nouveau-Brunswick et ces derniers avaient été très réceptifs à nos commentaires. Il faut dire que le Nouveau-Brunswick aimerait bien attirer plus de touristes en motoneige.

Nous sommes retournés cette année du 7 au 12 février 2016 et nous avons constaté beaucoup de changements. Nous n’avons que des félicitations à transmettre aux dirigeants de la FCMNB.

RANDONNÉE 2016

Cette année, nous étions cinq motoneigistes dont quatre collaborateurs du site web Motoneiges.ca et avions avec nous un fier représentant des motoneigistes du Nouveau-Brunswick en la personne de M. Yves Cormier d’Edmundston.

Les participants à la randonnée.
 

Les participants à la randonnée. À partir de la gauche, les quatre collaborateurs de Motoneiges.ca, Dominique Maheu, Daniel Sasseville, Yves Therrien, Yves Cormier (président du Club de Motoneige De La Rivière Verte Club 76 qui surface les sentiers dans Moose Valley) et François Pereira

Notre point de départ était le Quality Inn à Edmundston. Un autre article écrit par Dominique Maheu, collaborateur à Motoneiges.ca, vous parlera en détail des endroits où nous avons séjourné.

QUALITY INN EDMUNDSTON
QUALITY INN EDMUNDSTON

JOUR 1

Nous sommes donc partis d’Edmundston vers Bathurst en passant par Saint-Quentin.

Au départ, la quantité de neige était beaucoup moindre cette année comparée à celle de l’année passée, mais tout de même en quantité suffisante.

Par une température très froide, nous avons commencé notre périple en empruntant le sentier transprovincial numéro 12 (TP 12) qui contourne la ville d’Edmundston. Il y a aussi un sentier local qui est un raccourci au travers de la ville, mais le paysage est plus beau par le sentier provincial.

Le sentier TP 12 emprunte principalement de grands espaces vallonnés. Nous traversons de beaux villages et pendant un certain temps, le sentier longe à la fois la transcanadienne et la frontière américaine.

Sentier TP 12 traversant quelques villages
Sentier TP 12 traversant quelques villages
Sentier TP 12 traversant quelques villages
Sentier TP 12 traversant quelques villages

Nous longeons la frontière américaine
Nous longeons la frontière américaine

Un peu avant Saint-Léonard, nous prendrons le sentier TP 19 vers Saint-Quentin qui se trouve sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée.
Un peu avant Saint-Léonard, nous prendrons le sentier TP 19 vers Saint-Quentin qui se trouve sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée.

Rendus à Saint-Quentin, se trouve une ancienne gare de train qui sert de relais.
Rendus à Saint-Quentin, se trouve une ancienne gare de train qui sert de relais.

Passé Saint-Quentin, le sentier TP 19 nous amène vers le Mont Carleton, plus nous approchons du mont et plus il y a de la neige. C’est un sentier qui est large et nous vous rappelons qu’au Nouveau-Brunswick, il n’y a pas de limite de vitesse. Malgré cela, nous n’avons pas rencontré de motoneigistes qui roulaient à des vitesses dangereuses.

Sentier TP 19 vers le Mont CarletonSentier TP 19 vers le Mont Carleton
Sentier TP 19 vers le Mont Carleton

Le Mont Carleton fait partie d’un parc provincial; nous roulons sur des routes non entretenues l’hiver, seulement surfacées pour la motoneige.

Exemple de la largeur du sentier TP 19 dans le Parc provincial du Mont Carleton
Exemple de la largeur du sentier TP 19 dans le Parc provincial du Mont Carleton

Nous voulions prendre le nouveau sentier local qui traverse le Mont Carleton et nous amène au Popple Depot sur le sentier TP 23, mais le sentier n’était pas prêt, il restait deux ponts à terminer.

Depuis Saint-Quentin, nous roulions principalement en forêt. Par ailleurs,il y a tout au long du réseau des abris pour se réchauffer.

?Un des nombreux relais qu’on retrouve un peu partout dans les sentiers au Nouveau-Brunswick.
Un des nombreux relais qu’on retrouve un peu partout dans les sentiers au Nouveau-Brunswick.

Rendus à Bathurst, nous avons logé au Atlantic Host à Bathurst pendant 2 nuits.

?Hébergement au Atlantic Host à Bathurst
Hébergement au Atlantic Host à Bathurst

?Au Atlantic Host, vous avez accès à un abri chauffé.
Au Atlantic Host, vous avez accès à un abri chauffé.

JOUR 2

Le lendemain, le Nouveau-Brunswick subissait une tempête classique pour leur région et le groupe a décidé de rouler dans la tempête en direction de la pointe acadienne.

En route vers la pointe acadienne
En route vers la pointe acadienne

Pour nous rendre à la pointe acadienne, nous devons nous diriger vers Nepisiguit Falls afin de pouvoir traverser la rivière sur le premier pont disponible et revenir vers Bathurst, mais du coté sud. De ce coté, le sentier TP 19 est sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée. Le sentier jusqu’à Caraquet est principalement en forêt, alors la visibilité était acceptable, il neigeait abondamment.

?Sentier TP 19 sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée
Sentier TP 19 sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée

?Il neige abondamment et nous sommes les premiers à nous y aventurer.
Il neige abondamment et nous sommes les premiers à nous y aventurer.

?Un des relais que vous pouvez retrouver dans la péninsule acadienne
Un des relais que vous pouvez retrouver dans la péninsule acadienne

?De Caraquet, nous voulions nous rendre vers Lamèque, mais la tempête nous a passablement ralentis alors le groupe a bifurqué vers Tracadie-Sheila en empruntant le sentier TP 48.
De Caraquet, nous voulions nous rendre vers Lamèque, mais la tempête nous a passablement ralentis alors le groupe a bifurqué vers Tracadie-Sheila en empruntant le sentier TP 48.

?Juste avant d’arriver à Inkerman, nous traversons une baie (le sentier longe la mer), le pont emprunté pour traverser la baie est le plus long jamais traversé, par notre groupe, en motoneige.
Juste avant d’arriver à Inkerman, nous traversons une baie (le sentier longe la mer), le pont emprunté pour traverser la baie est le plus long jamais traversé, par notre groupe, en motoneige.

Un peu passé Tracadie-Shelia nous avons abandonné le sentier TP 48 qui suit la mer pour prendre le sentier TP 23; il y avait entre 40-50 cm de neige folle de tombés avec des lamelles de plusieurs pieds. Ce sentier est en forêt et aussi sur un chemin non déblayé et très large. 

?Photos 22 et 23  Nous sommes sur le sentier TP 23, mais le groupe se croyait en hors piste?Photos 22 et 23  Nous sommes sur le sentier TP 23, mais le groupe se croyait en hors piste
Nous sommes sur le sentier TP 23, mais le groupe se croyait en hors piste

Rouler dans ces conditions est une expérience vraiment captivante. Nous nous sommes promis de revenir dans la péninsule acadienne et de nous rendre jusqu’à la pointe de l’Acadie.

JOUR 3

La troisième journée, nous nous dirigeons vers Campbellton en prenant des détours pour visiter. Les sentiers sont majoritairement larges et bien entretenus donc, nous faisons beaucoup de kilométrage rapidement.

?Belles conditions sur le sentier TP 19 vers le TP 24
Belles conditions sur le sentier TP 19 vers le TP 24

Ouverture du sentier TP 24 le lendemain de la tempête
Ouverture du sentier TP 24 le lendemain de la tempête 

Nous avons rencontré une surfaceuse dans le sentier 285 et jasé avec l’opérateur. Les gens sont vraiment très sympathiques au Nouveau-Brunswick. Ce sentier rejoint le bord du Golfe du Saint-Laurent.

?Petite jasette avec un opérateur de surfaceuse
Petite jasette avec un opérateur de surfaceuse

?Vue du Golfe du Saint-Laurent à partir du sentier 285
Vue du Golfe du Saint-Laurent à partir du sentier 285

Vue de la Gaspésie toujours sur le sentier 285
Vue de la Gaspésie toujours sur le sentier 285

Par la suite, nous passons quelques villages et nous nous rendons au sentier TP 17 qui nous mène directement à Campbellton.

?Vue de Campbellton (au loin le pont qui traverse au Québec à Pointe-à-la-Croix)
Vue de Campbellton (au loin le pont qui traverse au Québec à Pointe-à-la-Croix)

De Campbellton, pour ceux qui veulent traverser au Québec, vous devez placer vos motoneiges sur une plate-forme, car il est impossible traverser le pont en motoneige. 

Ci-dessous les coordonnées du responsable pour la traversée du pont sur une plate-forme. Il se trouve à Campbellton, non loin du Quality Inn.

Quand la rivière ou la baie est assez gelée, le club y balise un sentier, mais cette année la glace n’avait que de 2 à 3 pouces/5 à 7 cm d’épaisseur, ce qui était insuffisant.

Comme nous étions en avance sur notre itinéraire, Yves Cormier nous a emmenés voir un point de vue qui vaut le détour. Nous avons pris des sentiers locaux pour visiter, mais vous pouvez vous y rendre en empruntant le sentier TP 17 vers Kedgwick et à environ 20-25 km de Campbellton, vous croisez le sentier régional 236 qui vous amène au sommet et vous aurez une belle vue de la région.

?Point de vue sur le sentier 236
Point de vue sur le sentier 236

Nous avons résidé au Quality Inn de Campbellton qui est au bout du sentier TP 17 directement à coté du pont qui traverse vers Pointe-à-la-Croix au Québec. Fait intéressant, le sentier longe les rives de la baie à Carleton, ce qui nous permet de voir une partie de la Gaspésie d’un autre angle.

Vue de la Gaspésie à partir du sentier TP 17 à Campbellton
Vue de la Gaspésie à partir du sentier TP 17 à Campbellton

?Le sentier TP 17 suit le Golfe du Saint-Laurent à Campbellton
Le sentier TP 17 suit le Golfe du Saint-Laurent à Campbellton

?Quality Inn Campbellton
Quality Inn Campbellton

JOUR 4

La quatrième journée, le groupe se dirige vers Moose Valley en empruntant le sentier TP 17 qui est aussi sur une ancienne voie ferrée. Le sentier passe par la cour du Club Restigouche qui est un relais et un point de contrôle pour les vignettes. 

?Relais du Club Restigouche
Relais du Club Restigouche

Rendus à Kedgwick, le sentier TP 17 quitte l’ancienne voie ferrée et nous roulons principalement sur un chemin non déblayé l’hiver. Ce sentier est en grande partie surfacé comme une autoroute, un surfaçage par direction et un genre de terre-plein en neige entre les deux. 

Sentier TP 17 près du territoire du Moose Valley qui est surfacé genre autoroute
Sentier TP 17 près du territoire du Moose Valley qui est surfacé genre autoroute

?Sentier régional 150 dans le territoire du Moose Valley surfacé par le Club 76
Sentier régional 150 dans le territoire du Moose Valley surfacé par le Club 76

Sentier 135 toujours dans le territoire du Moose Valley
Sentier 135 toujours dans le territoire du Moose Valley

?Du Québec, les sentiers du Moose Valley sont aussi accessibles via le sentier régional 548 à Biencourt
Du Québec, les sentiers du Moose Valley sont aussi accessibles via le sentier régional 548 à Biencourt

Notre groupe a vu plusieurs pistes d’orignaux dans Moose Valley. Au cours de notre voyage, nous en avons rencontrés à quelques occasions; ils circulent en groupe sur les sentiers, alors soyez aux aguets, ils sont gros.

Nous avons résidé au Moose Valley Sporting Lodge, endroit à découvrir et très fréquenté. Vous avez un bâtiment principal où les motoneigistes se rencontrent et peuvent manger et des chalets pour le logement.

?Notre chalet au Moose Valley Sporting Lodge
Notre chalet au Moose Valley Sporting Lodge

?Le bâtiment principal du Moose Valley Sporting Lodge
Le bâtiment principal du Moose Valley Sporting Lodge

Pendant que nous étions sur les lieux, un nouveau sentier a été ouvert à partir d’Amqui au Québec. Il passe par le lac Humqui et vous amène dans les sentiers du Moose Valley entretenus par le Club 76 qui, en passant, y fait un excellent travail.

JOUR 5

Pour notre dernière journée, qui était très froide, le groupe s’est dirigé vers Edmundston pour la fin de notre randonnée.

Pour le surfaçage, vous pouvez voir les dates du dernier surfaçage sur le site internet de la FCMNB. Les sentiers sont surfacés au besoin; alors même si un sentier indique un dernier surfaçage de 4 à 5 jours, il peut être très beau. Nous n’avons pas rencontré beaucoup de motoneigistes dans les pistes, nous y étions en semaine.

Tout comme l’année passée, les gens sont toujours aussi sympathiques, les sentiers étaient très bien entretenus sauf pour quelques sections et ce, à cause de la tempête. Nous avons dû ouvrir certaines pistes le temps que tout soit surfacé, mais plusieurs sentiers avaient été surfacés avant la tempête, donc avaient un beau fond. 

La signalisation s’est nettement améliorée, aux intersections vous savez où vous vous dirigez. Dans les champs, les clubs ont installé des poteaux indicateurs, comme au Québec. Des flèches ont été ajoutées dans les courbes et vous retrouverez des pancartes qui disent de  ralentir. Par ailleurs, toutes les pancartes sont bilingues.

Pour l’essence, le groupe n’est  jamais venu proche d’en manquer; il y a beaucoup d’indications qui vous disent à combien de kilomètres se trouve le prochain poste d’essence. Finalement, il y a beaucoup de relais pour se réchauffer.

?Normalement, cette pancarte annonce une courbe prononcée ou un danger possible
Normalement, cette pancarte annonce une courbe prononcée ou un danger possible

?Panneau qui vous indique sur quel sentier transprovincial vous circulez
Panneau qui vous indique sur quel sentier transprovincial vous circulez

?Panneau qu’on retrouve aux intersections qui nous diffuse une foule de renseignements
Panneau qu’on retrouve aux intersections qui nous diffuse une foule de renseignements

?Panneau qui nous avise de plusieurs virages à venir
Panneau qui nous avise de plusieurs virages à venir

Comme vous le devinez, nous avons bien aimé notre expérience au Nouveau-Brunswick et nous n’hésitons pas à vous le recommander. Pour les endroits d’hébergement, référez- vous au reportage que le chroniqueur Dominique Maheu a écrit suite à notre randonnée.

Pour plus de renseignements et pour consulter la carte interactive des sentiers au Nouveau-Brunswick, rendez-vous sur le site internet de la Fédération des clubs de motoneige du Nouveau-Brunswick.

Tout comme au Québec, un permis est obligatoire pour circuler sur les sentiers. 

Ci-dessous les coûts pour la saison 2015-2016.

 

Type de permis Coût
Saisonnier 245,00 $ + TVH avant le 15 décembre 2015 : 175,00 $ + TVH
Permis de sentier pour motoneige Ancienne 50,00 $ + TVH
Permis de sentier pour motoneige Classique 95,00 $ + TVH
Famille (3e et les suivants) 95,00 $ + TVH
24 heures 40,00 $  TVH incluse
3 jours 80,00 $  TVH incluse
7 jours 125,00 $  TVH incluse

Pour terminer, nous vous invitons à venir visiter le Nouveau-Brunswick en motoneige, vous ne le regretterez pas.

Dominique Maheu, Daniel Sasseville, Yves Therrien, Yves Cormier, François Pereira, photo prise le long du Golfe du Saint-Laurent à Campbellton
Dominique Maheu, Daniel Sasseville, Yves Therrien, Yves Cormier, François Pereira, photo prise le long du Golfe du Saint-Laurent à Campbellton

?Daniel Sasseville sur le sommet accessible par le sentier 236
Daniel Sasseville sur le sommet accessible par le sentier 236

Auberge du Draveur - Motoneige