Randonnée de 2 488 km de plaisir!

Liste des hôteliers

Randonnée de 2 488 km de plaisir! Mars 2011
par Daniel Sasseville – Du 19 au 26 février 2011, en compagnie de François, mon inséparable partner de motoneige, nous avons parcouru les sentiers des régions de Lanaudière, Mauricie, Saguenay-Lac-St-Jean, Baie-James, Abitibi-Témiscaminque, Outaouais et finalement les Laurentides pour un total de 2 488 km de plaisir.

Passez votre souris au-dessus du tracé pour voir l’itinéraire de chaque jour dont plus de détails sont fournis ci-dessous. L’itinéraire s’est fait en sens anti-horaire.

J’ai déjà visité la majorité des régions touristiques alors que François n’était jamais allé en Abitibi-Témiscamingue ni à la Baie-James. C’est donc avec plaisir que j’ai planifié notre voyage de 8 jours.
Ce genre de randonnée prend un minimum de préparation:

  • Vos montures doivent être en ordre. Même si nos motoneiges sont des modèles 2009, j’ai tout fait vérifier avant de partir et changer ce qui était usé comme mes rouleaux dans ma clutch, mes glissières et mes lisses aux carbures. Ce dernier point fut une excellente décision car les sentiers étaient sur fond très dur et/ou glacé suite à la pluie qui était tombé la veille du départ.
  • C’est important de faire quelques vérifications auprès de certains clubs pour s’assurer que les sentiers sont effectivement ouverts et entretenus et surtout, pour vérifier si les endroits prévus pour l’essence sont toujours ouverts, principalement pour la randonnée entre St-Félicien et Chibougamau et vers Lebel-sur-Quévillon.
  • Réserver les endroits pour coucher avant de partir permet d’éviter les surprises, car en région éloignée, il s’agit d’un tournoi de hockey, d’une convention ou d’une compagnie qui fait d’importants travaux au nord et les hôtels sont pleins puisque les choix ne sont pas nombreux.

Comme vous le verrez sur les photos ci-dessous, le paysage est très différent à la Baie-James et en Abitibi: il n’y a presque pas de côte et les arbres sont plus petits. Les autres régions sont montagneuses et on retrouve principalement des conifères. Nous avons contourné plusieurs lacs dont certains étaient immenses.

L’accueil des gens en région est légendaire : ils sont courtois et veulent toujours aider et jaser, tout le contraire des grands centres.

Dans ce genre de randonnée, c’est tentant de rouler vite car les sentiers sont de vraies autoroutes. Je donnerais un dernier conseil: ne pas rouler à des vitesses exigeantes pour la motoneige qui peuvent entraîner un bris car vous êtes loin de tout.

En raison de la pluie la veille de notre départ, ma crainte était qu’il n’y ait pas assez de neige pour refroidir les moteurs et glissières. À ma grande surprise, les conditions étaient impeccables car la majorité des sentiers avaient été récemment surfacés : pas de bosse, fond dur mais bien travaillé par les surfaceuses. Les régions de La Tuque, Roberval et St-Félicien avaient été durement touchées par le redoux et la pluie. Dans les sentiers, les conditions étaient idéales mais hors sentier, c’était du ciment. Nos roues ski ont été essentielles et le fait d’avoir un radiateur avec ventilateur nous a permis de rouler hors sentier en autre pour l’essence et les hôtels sans problème de surchauffe de moteur.

Une image vaut souvent 1 000 mots alors voici des cartes permettant de suivre notre itinéraire ainsi que de situer mes photos et les hébergements où nous avons couché.

Comment utiliser la carte?
– Survolez un pictogramme avec votre souris pour afficher le détail.
– Au 1er survol, la photo peut prendre un certain temps à s’afficher. Déplacer la souris lentement au-dessus des pictos.
– Au 2ième survol, le détail est affiché au meilleur endroit possible.
– Si plusieurs pictos sont localisées dans le même secteur, une liste apparaît. Déplacez votre souris au-dessus d’une ligne.
– Vous pouvez zoomer et déplacer la carte.

Sélectionnez le jour à détailler: Jour1
 


Jour 1: 316 km
De St-Donat à La Tuque

Hébergement : Gîte aux Trois Pignons
Nous avons été très bien reçus, des gens très sympathiques.
Le gîte est à distance à pied de plusieurs restaurants. Le déjeuner était inclus.

Jour 2: 270 km
De La Tuque à St-Félicien

Les sentiers sont impeccables, très larges et bien indiqués. On contourne plusieurs plans d’eau immenses et le terrain est montagneux.

Hébergement : Hôtel du Jardin

Jour 3: 273 km
De St-Félicien à Chibougamau

De St-Félicien à Chibougamau, je vous conseille de mettre de l’essence à La Doré et par la suite Scierie 54 car vous ne voulez pas manquer d’essence sur la 93 car il n’y a que des arbres. De plus, vous pouvez manger à la Scierie entre 11h30 et 12h30. À l’extérieur de l’heure du midi, la cafétéria est fermée mais l’essence est ouverte. Une bonne partie du sentier longe la route 167 ce qui peut être très utile s’il y a un bris.

De Chibougamau vers Lebel-sur-Quévillon, vous devez gazer à Miquelon mais l’économie est très mauvaise dans cette région et la station service ferme vers midi. Vous pouvez cependant appeler du club de motoneige de Capais pour leur dire que vous êtes en direction. Le sentier passe dans la cour du club. On a fait le plein et mangé à Lebel-sur-Quévillon. De Chapais à Lebel, vous circulez principalement sur une ancienne voie ferrée. C’est tentant d’ouvrir la machine mais il ne faut pas exagérer car les bris sont malheureusement possibles.

Hébergement : Môtel Nordic
Bon endroit et on y mange bien.

Jour 4: 385 km
De Chibougamau à Matagami

Le sentier est large et bien indiqué. Sur la majorité du trajet n’est jamais loin de la route provinciale qui mène à Matagami, ce qui rend la randonnée plus sécuritaire si un ennui survenait.

Hébergement : Hôtel Matagami
Il y avait beaucoup de motoneigistes ontariens et américains à cet hôtel.

Jour 5: 320 km
De Matagami à Val d’Or

En direction d’Amos, on a rencontré des gens du coin qui nous ont dit d’éviter le Témiscamingue, le long de l’Ontario car le redoux avait détruit les pistes. On a donc modifié notre trajet planifié (ligne jaune) et visité des villages autour de Val d’Or. Les photos identifient notre trajet réel.

On a eu de la difficulté à trouver un hébergement car, n’ayant pas prévu coucher dans cette ville, on n’avait pas de réservation.

Hébergement : Hôtel continental
L’hôtel est situé en plein centre-ville de Val d’Or. Le sentier passe par les ruelles mais la neige était comme du ciment. Les roues ski et le ventilateur du radiateur furent très utiles.

Jour 6: 340 km
De Val d’Or à la réserve faunique de La Vérendrye

Compte tenu qye nous avons changé nos plans la veille et avons couché à Val D’Or plutôt qu’à Rouyn-Noranda, nous ne sommes pas descendus par Ville-Marie mais plutôt par Belleterre en passant par le rapide sept (voir photos).

On a mangé à Belleterre et mis de l’essence. Par la suite, direction Joncas en plein milieu de la Réserve Faunique de La Vérendrye où on a couché dans un beau chalet.

Hébergement : Beau chalet

Jour 7: 328 km
De la réserve faunique de La Vérendrye à Nominingue

Dans la Réserve Faunique de La Vérendrye, on est arrivé face à un loup qui était bien nourri. Nous n’avons pas eu le temps de prendre des photos… il était gros et gris pâle.

Un indien au Domaine, un endroit pour gazer, nous a dit que c’est un vieux loup rejeté par sa meute.

On a mangé au restaurant Classic qui est à mi-chemin entre le Domaine et Grand-Remous. Du restaurant à Mont Laurier en passant par Grand-Remous, les sentiers étaient affreux, il y avait peu d’indication et il manquait beaucoup de neige. C’était la première fois depuis le début de la randonnée que les sentiers n’étaient pas impeccables.

Après Mont Laurier, on tombe sur une ancienne voie ferrée.

Hébergement : Auberge chez Ignace
On n’a jamais si bien mangé et on a été très bien reçus.

Jour 8: 168 km
De Nominingue à St-Donat

Lors de notre dernière journée, direction St-Donat en passant par l’Annonciation.

Le sentier passe par le parc du Mont Tremblant. Il est très large mais la partie de De l’Annonciation vers l’ancien relais rouge Matawin, soit l’intersection vers St-Michel-des-Saints et St-Donat, il a changé de parcours à plusieurs endroits et la signalisation est déficiente à certains endroits.

C’est la première fois que je fais une excursion de plusieurs jours où les conditions de sentier et la température sont idéals, sauf pour le froid dans la région de la Baie-James mais ça en valait la peine.

Hébergement : Retour à la maison après 8 jours bien remplis!

Auberge du Draveur - Motoneige