Randonnée sécurité FCMQ – Janvier 2017

Randonnée sécurité FCMQ – Janvier 2017

À chaque année durant le mois de janvier, le Congrès international de la motoneige (ISC) encourage les différentes fédérations à tenir une semaine de la sécurité à motoneige.  Dans le cadre de cette semaine qui a eu lieu du 21 au 29 janvier dernier, la Fédération des Clubs de Motoneigistes du Québec (FCMQ) a organisé une randonnée sécurité de trois jours dans le but de rencontrer les motoneigistes dans les sentiers, les relais, les restaurants et de faire la promotion de la sécurité. Cette année, c’est la région des Hautes-Laurentides qui a été choisie pour la randonnée et j’ai eu l’occasion d’accompagner les membres de l’exécutif de la FCMQ ainsi que les responsables du bureau national pendant ces trois journées.

Après une conférence de presse tenue le vendredi en après-midi et une randonnée dans la région en compagnie des députés locaux le samedi, la randonnée sécurité s’est mise en branle dimanche matin le 22 janvier à partir de l’Hôtel Tremblant – Comfort Inn & Suites Mont-Tremblant. La pause dîner s’est faite au restaurant Le Pub Resto Bar Motel de Rivière-Rouge. Le groupe s’est ensuite dirigé vers la Pourvoirie Mekoos située à l’est de Sainte-Anne-du-Lac. Environ la moitié du groupe a fait un petit détour pour aller admirer les chutes du lac Curières situées près de L’Ascension, l’autre partie du groupe préférant arriver un peu plus tôt à destination.


La deuxième journée s’est amorcée sur des sentiers fraichement surfacés par le club l’Aiglon. Un premier arrêt était prévu au Resto-Bar Relais du Tourisme de Sainte-Anne-du-Lac. Les sentiers en direction du Rabaska Lodge de Ferme-Neuve portaient encore les traces du grand succès des journées portes ouvertes sur les sentiers de motoneige de la fin de semaine. Après un excellent diner servi à cette pourvoirie située sur les berges du réservoir Baskatong, une partie du groupe a pris la direction du Village Windigo pendant que l’autre partie allait explorer le sommet de la Montagne du Diable. 

Ski-Doo 2023 : motoneiges de sentier

Pour la troisième et dernière journée de cette randonnée dans les Hautes-Laurentides, le groupe prend la direction de Ferme-Neuve. Un petit détour pour admirer les célèbres chutes Windigo, un magnifique sentier qui nous amène dans le secteur Val-Viger et nous voilà assis pour le diner au Restaurant des Lacs. Un petit détour via le barrage du réservoir Kiamika et nous prenons la direction du Club et Hôtel  du Golf Nominingue où une conférence de presse est prévue en soirée avec les représentants des clubs de la région ainsi que des élus municipaux et quelques propriétaires d’auberges et de commerces de la région.

Après avoir souhaité la bienvenue à cette conférence de presse, la présidente du conseil d’administration, Mme Denise Grenier en a profité pour remercier tous les bénévoles présents sans qui l’industrie de la motoneige n’existerait pas au Québec. M. Mario Gagnon, premier vice-président, nous a ensuite présenté un document étoffé décrivant les retombées économiques de la motoneige au Québec. Finalement, M. Gaston Fortin administrateur responsable du dossier sécurité au conseil d’administration, nous a fait part de tous les efforts faits par les différents intervenants en sécurité à la FCMQ. 

Dossier sécurité. En coopération avec les divers corps de police à travers la province, les 1 200 agents de surveillance provinciaux et de clubs assurent de façon bénévole la sécurité des motoneigistes sur l’ensemble du réseau de sentiers de la FCMQ. Ils voient à l’application de la Loi sur les véhicules hors route (VHR). Leurs actions reposent sur la prévention, la sensibilisation, la vérification et les rapports aux clubs sur le manque de signalisation ou l’installation non conforme de celle-ci. En dernier lieu, ils peuvent aussi faire de la répression en émettant des billets d’infraction aux motoneigistes.

La semaine internationale de la sécurité à motoneige est aussi l’occasion de rappeler aux motoneigistes quelques conseils de sécurité pour éviter qu’ils ne fassent partie des statistiques. En voici quelques-uns qui ont déjà été publiés au cours des dernières années par différents organismes qui ont tous à cœur la sécurité des motoneigistes. Sachant que la vitesse excessive et la conduite avec facultés affaiblies sont les principales causes d’accidents mortels en motoneige, le respect de la signalisation et des lois est définitivement un bon début. Parmi les autres conseils, il est fortement recommandé d’éviter de partir seul en randonnée et de toujours avertir un proche de l’itinéraire prévu. Pratiquer la motoneige le jour plutôt que la nuit si possible, circuler plus lentement lorsque la visibilité est réduite, circuler sur les sentiers balisés et éviter les plans d’eau non balisés. Une trousse de survie de base est aussi une bonne idée. On peut facilement emporter un peu d’eau, des tablettes de chocolat ou autres aliments riches en calories, une lampe de poche de type frontale, des bas de rechange et quelques petits sacs de plastique peuvent devenir utiles si jamais vos bottes deviennent trop humides durant les longues randonnées dans la neige profonde. Bien entendu, la courroie de rechange, quelques outils de base et une corde de nylon pouvant servir au remorquage seront toujours les bienvenus en cas de panne.

Ski-Doo 2023 pour jeunes et débutants

En terminant, j’aimerais vous laisser avec cette réflexion. Malgré tous les conseils de sécurité ou les recommandations, il faut se rappeler que celui ou celle qui est aux commandes d’une motoneige décide ultimement de son sort. Il peut soit s’amuser et profiter pleinement de sa motoneige ou agir de façon non responsable et en payer le prix…

 

Auberge du Draveur - Motoneige