Saguenay-Lac-Saint-Jean : la motoneige devient un mode de vie en hiver

Saguenay-Lac-Saint-Jean : la motoneige devient un mode de vie en hiver

Avec plus de 11 000 membres de clubs de motoneige dans l'ensemble de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, on peut dire sans se tromper qu'en hiver, la motoneige devient un mode de vie pour tous ces adeptes.

«Nous avons à cœur d'offrir à nos membres et aux amateurs qui nous visitent des sentiers de qualité, sécuritaires, qui leur permettront de faire le tour de notre magnifique région, d'expliquer le vieux loup Omer Harvey, qui œuvre dans le monde de la motoneige dans la région depuis plus de 40 ans. Nous nous faisons un devoir d'ouvrir les sentiers le plus rapidement possible et de bien les signaliser pour que les gens puissent circuler facilement chez nous. C'est la fierté de tous les bénévoles.»

Motoneige au Saguenay - Lac-Saint-Jean

Lors de la rencontre avec Harvey, deux représentants du club Saguenay l'accompagnaient. À partir des exemples qu'ils nous ont donnés, il nous a été facile de comprendre l'importance de ce milieu dans la région.

UNE FUSION RÉUSSIE
L'actuel club Saguenay est né de la fusion de quatre clubs qui se partageaient le territoire auparavant.

«Aujourd'hui, nous comptons 2600 membres qui parcourent les 500 kilomètres de sentiers du club, de dire le président Jules Tremblay. Pour vous montrer l'ampleur de nos opérations, disons que nous utilisons 127 000 litres de carburant pour nos surfaceuses par saison. Nous en avons cinq. Nous venons tout juste d'investir 157 000 $ dans les sentiers pour les améliorer. Notre club, tout comme plusieurs de la région, est une véritable petite PME.»

Groupe Contant - Motoneige

Pour le responsable du secteur La Baie du club, Bernard Audet, une bonne préparation de sentiers et un entretien assidu, sont les deux ingrédients du succès.

«Les gens sont vraiment heureux de circuler dans nos sentiers. Toute notre équipe d'entretien des sentiers fonctionne avec un horaire précis. Juste pour vous donner une idée, dans notre secteur, nous parcourons 800 kilomètres par semaine avec une machine qui dépense en moyenne 26 à 27 litres de carburant à l'heure à une vitesse moyenne de 10-12 kilomètres/heure. Nous avons réussi à faire un beau fond de sentier. Avec moins d'un pied de neige dans certains secteurs, nos sentiers sont très beaux présentement.»

PLUSIEURS PORTES D'ENTRÉE
Si tous les chemins mènent à Rome, au Québec, on peut dire que presque tous les sentiers de motoneige mènent au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ainsi, si vous partez de l'Abitibi, vous avez le sentier 93. Depuis la Mauricie, vous pouvez entrer via le sentier 355 qui passe par le lac Édouard et le lac Bouchette qui vous mènera à Roberval. Depuis Québec, vous pouvez rouler sur le sentier 23 qui traverse la Réserve faunique des Laurentides et qui vous mènera jusqu'à Hébertville. Enfin, il y a le sentier numéro 83 qui vous mènera vers La Baie, le Saguenay et le lac Saint-Jean.

DES CHIFFRES QUI PARLENT
Pour avoir une petite idée du portrait de cette région, mentionnons qu'il y a plus de 300 bénévoles qui œuvrent dans les différents clubs. On compte 142 agents de surveillance des clubs et 14 patrouilleurs provinciaux de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec. Pour l'entretien des sentiers, il y a 35 surfaceuses réparties sur le territoire des différents clubs.

UNE COOPÉRATIVE EXEMPLAIRE
Tous les clubs de motoneigistes des autres régions du Québec devraient prendre exemple sur le modèle du Saguenay-Lac-Saint-Jean, en ce qui a trait à la vente des droits d'accès. Trois clubs ont formé une coopérative où tous les fonds sont gérés en commun lors de la vente des droits en question. Les fonds sont répartis équitablement de façon à ce que chacun possède les fonds pour faire sa saison. Ce modèle existe depuis la saison 1979-1980.