Tout indique que la prochaine saison de motoneige se déroulera dans l’harmonie à Saguenay alors qu’une nouvelle entente est intervenue entre Promotion Saguenay et les propriétaires de terres empruntées par les adeptes du loisir. Au cours des trois prochaines années, ces derniers auront droit à une compensation financière pour l’utilisation de leurs terres. Une première au Québec.

Alors que la saison de motoneige débute dans huit semaines sur les monts Valin, le maire Jean Tremblay et le conseiller municipal et président du comité des véhicules hors route Fabien Hovington ont annoncé hier que les motoneigistes pourront voyager en toute quiétude dans les sentiers de Saguenay cet hiver.

«On va payer pour passer sur les terres. C’est la première fois que ça se fait au Québec», a affirmé le maire Jean Tremblay au cours d’une conférence de presse tenue sur les terrains de la ferme Laterroise.

Les propriétaires concernés, des agriculteurs pour la plupart, se partageront 200 000$ par année, soit une indemnité moyenne de 900$ par kilomètre utilisé par les motoneigistes.

L’entente concerne 200 des 500 kilomètres de sentiers de motoneige qui couvrent Saguenay. Le montant des indemnités versées par Promotion Saguenay variera selon qu’il s’agit de terres en friche, de terres agricoles ou de lots forestiers.

La démarche entreprise par la ville est directement liée au conflit qui a compromis la saison de motoneige l’hiver dernier, alors que les agriculteurs avaient fermé leurs sentiers en guise de moyens de pression. L’UPA protestait alors contre des compressions imposées dans un programme de stabilisation des revenus de la Financière agricole.

«Ce qu’on a vécu l’an passé, on ne voulait pas le revivre», explique Fabien Hovington qui a travaillé à la mise en place du projet au cours de la saison estivale.

«On ne pouvait pas se permettre que ça recommence. Tout le monde nous apparaissait de bonne foi. Tout le monde avait raison, mais il n’y avait pas de solution. Des choses qui s’étaient dites avaient braqué les positions. L’entente d’aujourd’hui démontre qu’on travaille tous dans l’objectif de développer la région», explique Jean Tremblay. «Le conflit a permis une prise de conscience. Quand on réfléchit un peu, on constate que ce n’est pas normal de passer sur des terrains privés sans compensations», soutient-il.

Tourisme
Le premier magistrat insiste sur l’importance de la pratique de la motoneige, une activité qui représente des retombées économiques de 55 M$ pour la région.

Il espère d’ailleurs faire de la ville la première destination des motoneigistes au Québec.

«On est une des régions parmi les premières au Québec. On veut devenir la première», affirme celui qui précise que les motoneigistes auront accès aux monts Valin à partir de Québec cet hiver.

Déjà, la ville a fait parvenir la nouvelle de l’entente à tous les médias de la province.

«Je pense que c’est parti pour une grosse saison de motoneige. Notre objectif, ce n’est pas de réveiller les autres régions, mais on sait que ça va faire des vagues», estime le maire Tremblay.

BRP annonce des motos électriques Can-Am