Villeneuve se blesse au Grand Prix de Valcourt

Liste des hôteliers

Invaincu depuis son retour d’Eagle River, le double champion en titre, le vétéran Jacques Villeneuve, avait de grandes ambitions en arrivant au circuit Yvon-Duhamel pour la 25e présentation du Grand Prix de Valcourt. Malheureusement, tout ne s’est pas déroulé comme il l’avait prévu.

Les conditions n’étant pas idéales, les participants ont dû attendre plusieurs heures avant de pouvoir finalement aborder les pistes pour faire quelques tours de reconnaissance avant de passer au menu principal : les courses ! Villeneuve était sur la ligne de départ de la première course de qualification en Champ 440, la classe principale pour les épreuves sur l’anneau glacé.

«J’ai eu un excellent départ, raconte le champion. J’avais changé la lame sous le patin avant la course pour avoir un meilleur devant… et j’en ai eu trop. Je suis arrivé vite dans le premier virage, trop vite, et à l’extérieur. Le devant a mordu, la motoneige s’est soulevée et je n’étais pas assez lourd pour la garder au sol. Je me suis vu partir dans les airs et je savais que ça allait faire mal…»

Le pilote vétéran avait vu juste, il a en effet perdu la maîtrise de sa motoneige avant de frapper le mur de balles de foin pour finalement réaliser un vol plané dangereux. Villeneuve parcouru une distance d’à peu près 20 mètres dans les airs avant d’atterrir avec violence sur le mur de protection.

«C’est bizarre, mais je me suis vu comme dans un film, a-t-il poursuivi. Je voyais mon corps rebondir au sol, tout allait bien, mais c’est probablement en frappant les panneaux de protection que je me suis fait mal. J’ai pris mon temps avant de me relever, je savais que je n’avais pas de fractures. Je me suis dit : O.K. ça devrait aller. Je ne ressentais pas de douleur.»

Malheureusement, ce sentiment n’allait pas durer longtemps. «J’ai commencé à avoir mal en arrivant à la roulotte», continua-t-il. «Mon genou s’est mis à enfler et j’ai des douleurs aux côtes, a-t-il dit allongé dans sa remorque où sa femme Céline lui prodiguait des soins. J’ai bien l’impression que c’est fini… C’est un autre qui va gagner cette année!»

Villeneuve, faisait preuve d’une volonté à toute épreuve, refusa catégoriquement qu’on l’emporte à l’hôpital. Plusieurs doutaient de son retour en piste après cet impressionnant vol plané, mais comme à son habitude…sa volonté avait déjà commencé à s’enflammer !

Un nouveau système de financement pour les clubs de motoneigistes du Québec

En quelques heures, on a pu voir le feu se ranimer au cœur du champion. En effet, dans l’heure qui a suivi l’accident, Villeneuve a annoncé qu’il rentrait à la maison. Pourtant, quelques minutes plus tard, il a commencé à changer d’avis : «C’est un gros risque à prendre, mais on ne sait jamais, a-t-il dit. Il faudra voir…» Il venait alors de se lever pour tester sa jambe et son genou.

«Ça ne fait pas trop mal…» dit-il contre toute attente. Pour sa part, son chef mécanicien, Jean-Marc Huard, gardait espoir de le voir en piste. «Je le connais, il y a quelques années à Québec, Jacques était beaucoup plus souffrant après une sortie de piste mais, le dimanche, il était de retour en piste et il avait gagné, a-t-il rappelé. Avec lui, on ne sait jamais…»

Quelques heures plus tard, vers l’heure du souper, le discours de Villeneuve changea encore. «La motoneige est réparée, je vais me réveiller tout croche demain matin, mais je vais au moins m’essayer!», a affirmé Villeneuve. Définitivement, rien n’arrêtera cet homme à la volonté de fer ! Le jour où il va décider d’abandonner, c’est qu’il sera devenu handicapé !

Motoneiges Ski-Doo