Satisfaire les motoneigistes

Satisfaire les motoneigistes

Assurer un meilleur soutien aux clubs, voir à la satisfaction des motoneigistes et assurer la pérennité du réseau de sentiers, voilà les buts que les membres du conseil d’administration de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec se sont fixés pour la prochaine année.

Même si cela peut sembler très loin, l’hiver va finir par revenir pour permettre aux amateurs de motoneige de profiter du réseau de 33 000 kilomètres de sentiers créé et entretenu par les bénévoles des 200 clubs du Québec.
Même si cela peut sembler très loin, l’hiver va finir par revenir pour permettre aux amateurs de motoneige de profiter du réseau de 33 000 kilomètres de sentiers créé et entretenu par les bénévoles des 200 clubs du Québec.

Plus de 400 délégués participaient les 23 et 24 septembre, à Laval, au congrès annuel de la Fédération. Conscients des enjeux actuels et à venir, les dirigeants de l’organisme ont demandé aux membres de s’unir pour tous travailler ensemble.

«Le thème de notre congrès est très clair: Tous ensemble pour réussir, affirme la présidente de la Fédération, Denise Grenier, qui a été réélue pour un deuxième mandat. L’année qui vient de se terminer en a été une de profonde restructuration, de définition des enjeux stratégiques, de concertation et de collaboration. Lorsque nous travaillons ensemble, nous sommes plus forts. À preuve, nous avons changé la donne dans le dossier de l’utilisation des crampons sur les chenilles de motoneige.»

Dans ce dossier, plusieurs fonctionnaires du ministère des Transports avaient travaillé à mettre sur pied un projet pilote pour interdire les crampons sur les chenilles de motoneige, prétextant que ces derniers brisaient l’asphalte aux traverses de routes. Après avoir mieux analysé le dossier, suite aux pressions de la Fédération, le ministre a vite compris que cette interdiction menaçait la sécurité des motoneigistes. Il a immédiatement mis fin à ce programme.

Un avenir à consolider

Depuis de nombreuses années, plusieurs intervenants du milieu de la motoneige clamaient haut et fort l’importance de cette activité pour plusieurs régions du Québec durant la saison hivernale. Dans certains cas, c’est le monde de la motoneige qui tient debout l’économie des régions. Il fallait absolument que cette notion soit encore mieux connue et prise au sérieux par les instances gouvernementales.

«Au cours de la dernière année, nous avons travaillé tous ensemble pour assurer la pérennité du réseau, pour promouvoir et faire connaître l’activité motoneige, pour défendre l’intérêt des clubs et de leurs membres motoneigistes, souligne la présidente. Grâce à ces actions, nous sommes maintenant membre associatif de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec. La force et l’intégrité du réseau, la qualité des services offerts et la vitalité de l’activité motoneige constituent autant d’apports au secteur touristique et seront sûrement d’importants atouts pour l’avenir de notre activité.»

Reconnaissance des bénévoles

Pour ceux qui sont les plus près du monde de la motoneige, le rôle des bénévoles est très bien connu. Sans eux, c’est simple, il n’y aurait pas de pratique de la motoneige comme c’est présentement le cas au Québec. La santé du réseau de sentiers dépend directement de leur implication, un élément que la présidente veut promouvoir encore plus.

Concours Gagnez un voyage de 4 jours en motoneige