web analytics

Sentier du parc des Laurentides TQ 23-R368

Sentier TQ 23 — R368

L’annonce étant tombée il y a quelques semaines, le sentier reliant l’Étape à la région du Saguenay reste bel et bien ouvert. Beaucoup de motoneigistes ainsi que plusieurs organisations récréatives de locations de motoneiges et de voyages organisés se posaient la question depuis quelques mois, suite à l’annonce plus tôt cet automne de la fermeture possible du sentier causée par trois ponceaux qui étaient trop endommagés.

Cette situation créait un vrai casse-tête à tous les niveaux autant pour les motoneigistes d’ici que pour ceux de l’autre côté du parc des Laurentides. Plusieurs relais de motoneige comptent sur l’apport important de motoneiges qui circulent par le sentier qui sillonne le parc des Laurentides pour opérer, notamment le Relais du Mont Apica. La circulation aurait dû passer le Lac-Saint-Jean de par La Tuque pour se diriger vers le Saguenay, ou par un énorme détour par le sentier TQ-83, qui se rend près de La Malbaie, pour ensuite se diriger vers Québec.

Relais du Mont Apica
Photo prise lors de la saison 2021-2022

Enjeux majeurs

Un des enjeux majeurs était le coût relié à la réfection des ponceaux. L’opération était estimée à environ 250 000 $, une somme impossible à payer pour un club de motoneige. Mais voilà, qui doit payer à ce moment ? Le président du Club de Motoneigistes du Saguenay, Jocelyn Charest, a sonné le cri d’alarme cet automne à la FCMQ. Il leur a expliqué que le Club à lui seul ne pouvait pas soutenir une telle somme. Cette somme s’ajoute à tous les autres montants qui doivent être dépensés localement.

Les ponceaux étant vieux et dans un état précaire, il était également impossible d’apporter des réparations temporaires à moindre coût afin de remettre à l’an prochain des travaux de réfection.

Photo prise lors de la saison 2021-2022

La différence entre les sentiers locaux et les sentiers TQ-23 et R368 qui sillonnent le Parc des Laurentides est qu’ils sont essentiels au tourisme régional, et plusieurs hôtels, restaurants, relais et autres acteurs de l’industrie touristique régionale comptent sur les motoneiges qui passent par ce sentier. Il n’y avait pas de détour possible, et en fait, si un détour avait été envisageable, combien de temps celui-ci aurait tenu ? Il était donc impératif qu’une solution durable et fiable voie le jour.

Plusieurs joueurs 

Beaucoup d’acteurs se sont impliqués dans le dossier. La MRC du Fjord du Saguenay et Lac-Saint-Jean Est, le Club des Motoneigistes du Saguenay et le Club Motoneigiste du Lac-Saint-Jean, ville Saguenay, le Ministère des Ressources naturelles et des Forêts et la FCMQ ont travaillé de concert afin de trouver une solution. C’est un excellent dénouement pour tout le monde et une solution idéale qui permettra la pérennité du passage.

Une situation de plus en plus fréquente 

Même si ce dossier est à grande échelle et implique plusieurs secteurs, les sentiers et passages à travers les différents secteurs de notre province sont, dans plusieurs cas, de plus en plus difficiles à conserver et entretenir. Les clubs de motoneige du Québec travaillent d’arrache-pied (bénévolement) chaque saison pour garder des droits de passage et trouver des solutions pour maintenir le segment surpiste de la motoneige en vie.

Chaque année certaines choses sont à recommencer de l’année précédente, et un nouveau combat se dessine pour préserver les sentiers praticables pour tous les motoneigistes. D’où l’importance de respecter les terrains et infrastructures présentes sur le réseau de sentiers, cette histoire en témoigne par elle-même.

 

 D’autres liens à consulter:

Infolettre Motoneiges.ca

Abonnes-toi à l'infolettre des Motoneigistes afin de rester informé sur tout ce qui touche ta passion.

Pays de la Motoneige