Suspension X-treme sur mesure de Qualipièces: mes impressions

Lors d’une sortie de motoneige au printemps passé, il m’est arrivé un incident un peu bête. Les sentiers étaient très glacés. J’avais commencé à freiner avant de franchir une passerelle en métal, mais je me suis mis à déraper de côté sur la glace. C’est ainsi que le patin gauche de ma motoneige a frappé de côté avant d’embarquer sur la rampe. Cette rampe était plus haute de deux pouces à la hauteur de la neige, donc ça a donné un bon coup. Malheureusement, ce coup a été assez fort pour affaiblir un de mes bras de suspension qui a cassé quelques kilomètres plus loin.

Quelques jours plus tard, je reçois un appel de Denis de motoneiges.ca qui me propose de faire un essai d’une suspension sur mesure de Qualipièces pour ma motoneige que j’accepte avec plaisir. Voici donc un résumé de l’installation et de mon essai.

Suspension cassée

Installation & Essai des tables de suspension X-treme-36-4-BL de B-PWR

Ma motoneige personnelle est un Polaris SwitchBack Assault 2019 avec la plateforme Axys. Au départ, je croyais que l’on m’enverrait la suspension de 39 pouces. À ma grande surprise, j’ai reçu le kit complet X-treme-36-4-BL, une suspension de 36 pouces de large. J’étais content parce que j’avais dans l’idée d’expérimenter un peu plus de conduites hors sentiers dans la saison à venir.

Mon inquiétude principale n’était pas du tout par rapport à la largeur de la suspension, sachant que je peux toujours réinstaller la suspension d’origine. Mon inquiétude était surtout de me dire que j’aurais possiblement besoin de faire des modifications sur mesure pour installer le tout et qu’il soit difficile de revenir en arrière. Je vais donc télécharger et imprimer le manuel et je débute l’installation.

Installation de la suspension X-treme-36-4-BL

Je dois tout d’abord dire que je suis débutant et loin d’être un mécanicien, mais j’aime apprendre et faire l’entretien de mes machines lorsque j’ai le temps de le faire. Je dois dire que cette installation était relativement simple. En résumé, ma plus grande complexité n’était pas de faire l’installation de la suspension. J’ai perdu énormément de temps à défaire un écrou en plein milieu de la jambe de skis qui était littéralement saisi.

Suite à l’installation, il est important de noter qu’aucune modification n’était requise et que j’avais toutes les pièces en main. J’avais pris des photos avec l’intention de vous présenter l’installation étape par étape. Au final, mes photos n’étaient pas très bonnes parce que j’ai fait les travaux à l’extérieur et que je travaillais au soleil. De plus, j’ai trouvé que le manuel de B-PWR expliquait parfaitement la séquence des travaux à effectuer avec une multitude de photos.

Mécanique

Mon essai de la suspension X-treme-36-4-BL de B-PWR.

Avant mon essai

Tout d’abord, je dois mentionner que le nez de la motoneige ainsi que toute la suspension est plus haut que celle d’origine et beaucoup plus en arc. Les amortisseurs sont aussi beaucoup plus droits que sur la suspension d’origine. Je n’ai pas les mesures exactes, mais mon estimation est que la garde au sol serait d’environ un à deux pouces plus haut que celle d’origine.

Première constatation, je suis capable de pencher la motoneige sur le côté sur une surface planche avec une très grande facilité et sans effort. Pas que je n’étais pas capable de le faire avec ma motoneige et la suspension d’origine. Mais plutôt de le faire avec aisance, sans vraiment faire d’efforts physiques de ma part.

Suspension plus haute

En piste

Dans la vie de tous les jours, je fais très majoritairement de la conduite en sentiers. Mes premières impressions sont que je note une forte différence par rapport à la suspension d’origine lors de mon essai sur les pistes. Je dois ralentir beaucoup plus qu’auparavant avant de prendre les courbes. Par contre, la situation n’est pas aussi pire que j’avais initialement anticipé. De plus, la motoneige n’est pas aussi versante que je m’étais imaginé dès le départ avant d’en faire l’essai. Elle n’était pas contraignante au point de dire que j’ai parcouru plus de 600 km dès ma première fin de semaine de l’hiver. C’est certain que la motoneige n’est pas toujours aussi stable qu’avec les skis d’origine et que les patins lèvent beaucoup plus, mais c’est tout à fait normal.

Pour résumer après quelques autres sorties, je peux mentionner que je n’ai vraiment pas l’intention de réinstaller ma suspension d’origine pour le moment. Du moins, ce ne sera pas cette année. En résumé, j’accepte facilement le compromis en piste pour les bénéfices que cette suspension amènera hors sentiers. Il est évident que cette suspension est assez extrême et pas nécessairement faite pour tout le monde. Je croyais au départ que je ne serais pas capable de suivre les autres gens en sentiers. Ce n’est pas le cas et je peux facilement rouler à vitesse normale sans problèmes.

Hors-piste

Au niveau de mes essais hors-piste, c’est à cet endroit que la suspension se démarque vraiment. Premièrement, je trouve qu’il est plus facile pour moi de contrôler la motoneige de gauche à droite et de la diriger ou je veux. La largeur des skis et la garde au sol aident réellement, c’est d’autant plus efficace lorsque l’on circule dans le bois et que l’on doit passer entre les arbres. Mais aussi de faire canter la motoneige sur les côtés dans les pentes.

Auparavant, lorsque je restais pris, j’avais beaucoup plus de difficulté à déprendre ma motoneige lorsqu’elle était enlisée sur le côté. Maintenant, il est plus facile de me déprendre, c’est-à-dire de brasser la motoneige de gauche à droite en appuyant sur l’accélérateur. Pour résumer, tout se fait mieux dans la neige profonde avec moins d’efforts. Je ne pourrais pas dire que ma motoneige est littéralement devenue une motoneige de montagne avec cette modification. Par contre, il est acceptable de dire que la motoneige a maintenant plus un comportement hybride 60/40 au lieu de 50/50 avec la suspension d’origine.

Conclusion

Pour terminer, j’ai beaucoup aimé cette suspension. Si je devais à nouveau installer une suspension qui n’est pas d’origine, j’opterais définitivement pour une suspension de B-PWR. Sa structure la rend beaucoup plus résistante que la suspension d’origine, ce qui est intéressant surtout hors sentiers. J’ai aimé cette suspension extrême au point de dire que si ça m’arrivait à nouveau je prendrais probablement la même route.

Je ne suis pas du tout prêt à dire que je suis devenu un fanatique de motoneige hors-piste pour autant. Par contre, je me permets de m’aventurer un peu plus loin à des endroits où je ne serais pas allé auparavant. Tout de même, je préfère voir du pays que de me donner de la misère pour ne parcourir que quelques kilomètres dans une journée. Un gros merci à Qualipièces ainsi que Motoneiges.ca pour cet essai.

Suspension X-treme

Continuez votre lecture ici: