Bilan de saison Polaris Matryx RMK Khaos SLASH 9R 2023 146 po

Voici mon constat après avoir parcouru plus de 1500 km hors-piste avec la Polaris Matryx RMK Khaos SLASH 9R 2023 146 po!

Tout d’abord, je tiens à souligner que je considère mon niveau de pilotage comme intermédiaire/avancé. De plus, j’ai eu l’occasion de conduire la Khaos 9R Slash (tunnel court) au Québec, dans des conditions de poudreuse à des élévations variant de 500 à 900 mètres.

Une étonnante sensation de rajeunissement

Dans les grandes lignes, cette machine est considérée comme étant une motoneige de montagne, offrant des caractéristiques favorables aux styles de conduites alpines. Peu importe votre style ou votre groupe d’âge, le Khaos 9R vous procurera une sensation de rajeunissement. Conduire cette machine agile et divertissante donne l’impression d’être jeune et vivant !

Il est important de noter que la vocation du Khaos est de proposer une motoneige hors-piste au caractère plus sauvage. Ce qui la distingue principalement de sa consœur, la Pro RMK, est sa capacité à se braquer sur elle-même de manière très réactive.

Premier essai !

Dès les premiers virages, il devient évident que le Polaris Khaos 146 po est une machine d’une maniabilité exceptionnelle, facile à incliner. En passant d’un Pro RMK de 155 pouces à cette version Khaos, est définitivement la référence en matière de motoneige freestyle de montagne de ce segment.

Puissance instantanée et plaisir de conduite 

Le moteur 9R est sans contredit le moteur à aspiration naturelle offrant la réponse la plus instantanée de l’industrie. La chenille de 146 pouces de 2.6 po Series 6 peut sembler courte, mais son efficacité se révèle dans les conditions de conduite typiques du Québec, faisant de cette longueur de tunnel/chenille un choix judicieux.

Bien entendu, une période d’adaptation est nécessaire pour maîtriser les nouveaux points de transfert de poids et de pivot. Toutefois, le Khaos excelle à tailler des virages dans les pentes les plus abruptes, offrant une expérience de conduite plaisante et addictive. De plus, cette machine est tellement plaisante à retourner sur elle-même que je suis maintenant accro à ce nouveau style. 

Liberté et légèreté

Le Khaos 146 po refuse catégoriquement de monter en pente raide ! Pas de trouble, un simple retournement à 90, 180 ou 270 °, et nous voilà repartis sur une nouvelle ligne d’ascension. Son aisance à se repositionner représente un atout démarquant par rapport aux autres modèles. Dès que vous touchez le guidon, une sensation de liberté et de légèreté s’empare de vous ! Bien entendu, attendez-vous à vouloir brasser un peu la machine pour en retirer de plaisir.

Rappelons que nous parlons du RMK Khaos 146 po sans démarreur électrique (environ — 18 lbs), et non du Pro RMK 155 réputé pour être moins enclin à lever l’avant. La différence de poids se fait ressentir, contribuant à l’expérience globale et à la maniabilité exceptionnelle du Khaos.

Les points d’attache de l’amortisseur arrière sont quelque peu différents du Pro RMK. Cela est la grosse différence entre les 2 modèles. C’est pourquoi j’estime qu’il faut un caractère plus sportif pour conduire en pente très inclinée ! La machine aura tendance à vous mener en sursaut et demande plus d’énergie à conduire que le Pro RMK.

Dompter le « sidehill » avec la Khaos 146 po : un défi attrayant!

La question récurrente qui m’était posée était celle de la capacité d’un modèle 146 po à maintenir sa ligne en sidehill. En raison d’une chenille plus courte et d’une portée moindre sur la neige, l’arrière de la machine a tendance à descendre et à s’enliser davantage par rapport à un modèle 155 po et plus ! Cette caractéristique aura un impact sur la stabilité de la trajectoire lorsque le pilote du Khaos essayera de tenir tout le long un parcours à basse vitesse.

C’est pourquoi il est parfois nécessaire d’oser et de maintenir une vitesse plus élevée lors de la traversée latérale d’une montagne bien inclinée. Néanmoins, lorsqu’il est temps d’exécuter un virage à 180 ° en vue d’une ascension par étages, on remarque qu’il est plus facile d’accomplir cette manœuvre. Ceci s’explique par une masse plus proche du pilote, résultant inévitablement en une meilleure maniabilité dans ces situations délicates.

Neige profonde et le châssis Matryx

Le châssis Matryx se positionne sans conteste comme l’un des meilleurs de l’industrie jusqu’à ce jour. Sa réputation, fondée sur sa capacité exceptionnelle à se sortir de la neige, est véritablement stupéfiante lorsque l’on constate son efficacité sur cette plateforme!

À plusieurs reprises où je me suis retrouvé enlisé, pensant qu’il serait impossible de m’extraire seul, un léger dégagement de neige du dessous de l’avant du Khaos 9R, un coup d’accélérateur vif, et hop… Le Matryx se sortait presque de lui-même en remontant sur la neige. C’est une démonstration éloquente de la puissance et de la conception ingénieuse du châssis Matryx, une véritable révolution dans l’expérience de conduite.

Suspension du Polaris Matryx RMK Khaos SLASH 9R 2023

Le Khaos est équipé de suspensions avant et arrière Walker Evans avec réservoirs externes. Bien que certains puristes boudent ces amortisseurs pour des remplacements, j’ai été satisfait par ceux-ci côté performance. Certaines de ces critiques semblent liées à des problèmes d’huile et des joints internes de compagnie qui seraient plus susceptibles de créer des fuites.

Je recommande d’ailleurs de rouler les 5 premiers km de la journée tranquillement, permettant ainsi de réchauffer progressivement l’agencement des suspensions. Cela étant dit, les amortisseurs du RMK Khaos Slash d’origine sont nettement plus performants que ceux d’origine à simples ressorts du Pro RMK. J’aimerais rajouter que les surplus que Polaris propose en option de remplacement sur les Pro Rmk en valent la peine. Vous les apprécierez d’autant plus lorsque vous revenez par des sentiers fédérés souvent défoncés en fin de journée !

Consommation et moteur

Une fois le moteur rodé, la consommation en essence et en huile du Patriot 9R m’a agréablement surpris. Appréhendant une gourmandise plus prononcée que le Patriot 850, j’ai constaté que le 9R, comparé au Patriot 850 équipé d’un kit performance de Clutch, se montrait équivalent, voire plus raisonnable.

La beauté de ce moteur réside dans sa capacité à libérer assez de puissance sans nécessiter de modifications pour améliorer la réactivité de l’engagement. Toutefois, le moulin 9R est réputé pour atteindre des RPM plus élevés, soit 250 tr/min de plus que la norme habituelle. Bien que le moteur réagisse vivement, celui-ci stagne aussitôt que l’on atteint les 75-90 km/h, selon la configuration.

L’option du démarreur électrique coûte environ 550$. Le démarrage manuel répété, combiné au taux élevé de compression du Patriot 9R, peut devenir exténuant. Cela se fait d’autant plus ressentir par démarrage initial à température froide ! C’est un aspect à prendre en considération pour ceux qui préfèrent le confort d’un démarrage électrique.

Bougies

Tout comme la plupart des moteurs Polaris 2 temps, on suggère de chauffer le moteur pendant au moins 5 minutes ou d’atteindre une température de 20 à 25 ° avant le départ. Même à chaud, il est préférable de ne pas démarrer pour des périodes de 2 minutes ou moins. La générosité de la programmation des injecteurs de carburant au démarrage peut avoir pour effet de noyer le moteur. Dans cette situation, un remplacement des bougies s’impose, suivi d’une relance avec l’accélérateur à fond. Sur les 1500 km parcourus, cette problématique s’est présentée à deux reprises. 

Clutch primaire P22

La transmission primaire P22, apparue l’année dernière (2022) dans le moteur Patriot 850 Boost, se loge désormais dans le moteur Patriot 9R. Cette transmission ne dispose plus de vis d’ajustement de hauteur de courroie, mais s’ajuste grâce à un roulement à bille situé dans la P22. Il est important de noter que cette transmission se couple à un chiffre étonnant de 110 lb/pied et l’utilisation d’une douille Torx T60, moins commune dans l’assemblage mécanique.

Bien que des incidents tels que la vis de maintien cassée et l’étoile Spyder interne éclatée aient été signalés par des motoneigistes de l’ouest, nous pensons que l’introduction de cette P22 ne posera pas nécessairement de problèmes pour l’est du pays. En effet, les lignes d’ascension de notre territoire ne sollicitent pas l’accélérateur à fond pendant des périodes aussi prolongées. Aussi, il faut dire que la modification d’un moteur 850 cc à 900 cc génère plus de chaleur et de contraintes lorsqu’il est surexploité. Ce dossier reste à suivre, notamment en ce qui concerne la refonte de la P22 pour 2024 et le rappel en vigueur des P22 de 2023.

Cependant, il est crucial de mentionner que les reprises sont instantanées et vives grâce à la Quick Drive. Éliminant, ainsi, la nécessité d’un « transfert case » pour les segments montagnes de Polaris.

Chenille

La chenille légère Series 6 de 2.6 po de talon, exclusive à Polaris, se positionne du côté de la performance avec brio. Elle combine un talon suffisamment souple et rigide pour accomplir efficacement sa tâche. Cependant, un aspect mérite réflexion : l’emprise du simple barbotin au centre de la chenille. Dans le jargon des motoneigistes, elle est sujette au phénomène de « ratcheting » en raison de la surface de contact limitée entre ces deux éléments. Dans certaines situations, elle peut avoir tendance à glisser, d’où l’importance de maintenir la chenille suffisamment tendue. La puissance imposante des 175-180 chevaux du 9R ne facilite pas la prévention de ce phénomène d’échappement ! Malgré cela, après plus de 1500 km exclusivement en hors-piste, l’ensemble des crampons a résisté aux rigueurs de mes essais.

Polaris a proposé deux options de hauteur de chenille pour le Khaos 146, soit 2 po ou 2.6 po de talons. Ce choix permet aux motoneigistes d’adapter la machine à leurs préférences et au type de terrain rencontré, offrant ainsi une flexibilité appréciable pour optimiser les performances dans des conditions variées.

Tunnel de 146 po

Bien entendu, un tunnel Slash de 146 po offre peu d’options d’espace vacant. Les accessoires tels que la réserve d’essence supplémentaire, le sac tunnel et le porte-pelle sont limités à ce niveau. Dans de telles circonstances, il faut utiliser des astuces pour apporter le strict nécessaire lors d’une journée complète en motoneige.

C’est pourquoi le sac à dos se présente comme l’option la plus pratique.

Conclusion de mon essai avec la Polaris Matryx RMK Khaos SLASH 9R 2023 146 po

En conclusion, je tiens à spécifier qu’aucune fois, dans les conditions rencontrées, où j’aurais été avantagé par une longueur de chenille supérieure en raison de mon style de pilotage. Les parcours que j’affectionne, constitués de rigoles et d’ascensions en serpentin avec des dénivelés atteignant jusqu’à 900 mètres, se prêtent parfaitement à la configuration du RMK Khaos SLASH 9R 146. Le moteur 9R s’est montré à la hauteur de mes attentes. Il offre un transfert de puissance remarquable du moteur à la chenille.

Sans aucun doute, le RMK Khaos SLASH 9R 146 saura satisfaire la majorité des motoneigistes de notre territoire. Les suspensions premium Walker Evans, avec leur souplesse, constituent un pesant d’or dans la configuration de cette motoneige. De plus, avec l’arrivée de ce moteur dans la plateforme Matryx à tunnel court, je suis convaincu qu’une nouvelle ère se dessine dans la sphère du hors-piste.

Adapté pour le backcountry québécois? 

Dans l’ensemble de mes essais, je considère que c’est un modèle parfaitement adapté pour le backcountry québécois. Je peux affirmer haut et fort que c’est le modèle qui m’a procuré le plus de sensations, tous modèles confondus !

Quant à la suite, les perspectives restent à découvrir.

Remerciements

Mes remerciements vont à Polaris Snowmobiles, RPM Rive-Sud, ainsi qu’à Motoneiges.ca, qui m’ont permis d’explorer les caractéristiques du RMK Khaos SLASH 9R de 146 po de l’année 2023.

Points forts du Polaris Matryx RMK Khaos SLASH 9R 2023 146 po

  • Puissance
  • Capacité à remonter sur la neige
  • Précision des skis d’origine Gripper
  • Réservoir de 41.6 litres
  • Maniabilité
  • Légèreté
  • Chenille 2.6 po
  • Réponse de la P22 et de la Quickdrive

Points faibles du Polaris Matryx RMK Khaos SLASH 9R 2023 146 po

  • Nous aimerions voir apparaître un démarreur à condensateur plus léger d’environ 15 lb que le démarreur électrique traditionnel !
  • Nous aimerions aussi voir un guidon style motocross à crochet 45 degrés.
  • Tables du bas avant plus solides.
  • Grattoir à neige réversible avec embout de carbure (à venir pour 2024 grattoirs réversibles)
  • Skinz filtre pour vent du capot (photo)
  • Meilleure fiabilité de l’embrayage P22 (vis et spyder) du moins pour les riders de l’ouest
  • 2 engrenages du barbotin au lieu d’un seul pour certain modèles (pour les versions 146 PO)

D’autres articles concernant nos essais Polaris ici:

Infolettre Motoneiges.ca

Abonnes-toi à l'infolettre des Motoneigistes afin de rester informé sur tout ce qui touche ta passion.

Motoneiges Polaris 2024