Le châssis REV de Ski-Doo: Une révolution depuis déjà 20 ans!

Si vous questionnez une majorité de motoneigistes d’expériences sur l’une des plus grandes innovations dans l’histoire de la motoneige, une réponse sera assurément récurrente. De toute évidence, l’introduction du châssis REV pour l’année modèle 2003 chez Ski-Doo a été un grand tournant.

Le REV a été une conception avant-gardiste et, à un niveau ou à un autre, il est devenu la base de toutes les conceptions de châssis qui ont suivi de toutes les marques de motoneiges. Certes, cela semblait étrange au début, car elle venait chambouler tous les fondements de la motoneige qui était développée sur les bases d’un centre de gravité bas.

Apparu sur les circuits de snowcross en 2002, il a été très compétitif par la présence entre autres de Blair Morgan à son guidon. Néanmoins, la place qu’occupe la conception originale du REV 2003 dans le marché dans l’histoire de la motoneige ne peut être niée.

Blair Morgan, factory racer pour Ski-Doo

Briser le moule avec le châssis REV!

Néanmoins, le bien nommé châssis REV de Ski-Doo était différent. Son principe de base était la centralisation des masses. Il brisait le moule et changeait la façon dont les pilotes s’assoyaient et conduisaient leur motoneige : il était conçu pour les amateurs de sentiers agressifs qui désiraient se frayer un chemin à travers les sentiers infestés de bosses ou de sauter plus haut et plus loin avec aisance.

La conception du REV était sur les bases d’un châssis pyramidal, avec des éléments de cadre qui ressemblaient à une pyramide. Les responsables de BRP ont déclaré que la conception originale augmentait la rigidité en torsion de 600% par rapport au châssis ZX. Il était également plus léger que son prédécesseur.

Une suspension à l’avant-garde.

Cette nouvelle conception permettait par la même occasion aux ingénieurs d’incorporer une suspension avant à bras triangulaire. La suspension fut appelée Response Angle Suspension (RAS). Les tours d’amortisseur avant se boulonnent au cadre, permettant à la suspension de communiquer avec le châssis pyramidal. Lorsque l’avant absorbe une bosse, l’impact est transféré à travers la suspension, puis dans le châssis et le cadre pyramidal.

La suspension arrière SC-10 III, qui a été introduite pour l’année modèle 2002, obtient un débattement supplémentaire (maintenant 14,5 pouces), mais la géométrie est pratiquement inchangée. Cependant, cette suspension se connectait différemment au châssis.

 Un derrière… spécial!

Le tunnel était plus court qu’à la normale et un panneau de fermeture pivotant se connectait directement aux roues arrière avec un support en aluminium. Au fur et à mesure que la suspension s’abaissait, cette zone de fermeture pivotait vers le bas.

Je m’en voudrais de passer sous silence l’arrière du MX Z 2003 avec son fameux « beaver tail ». Celui-ci ne faisait pas l’unanimité par sa conception tellement que certains concevaient des ensembles pour le remplacer dans une forme plus conventionnelle. Cette queue de castor a été installée à l’origine pour aider à garder la neige dans le tunnel et ainsi garder le moteur à une température plus basse.

châssis REV

Une présence marquée dans un film de James Bond.

Ski-Doo a fait un passage remarqué dans le film « Meurt un autre jour » du plus célèbre agent secret. Bombardier a fourni 14 motoneiges ainsi que des vêtements Ski-Doo haut de gamme pour le film.

La pierre angulaire du partenariat Bombardier-007* est la motoneige Ski-Doo MX Z-REV 007 en édition limitée. Les concepteurs de Bombardier ont gardé à l’esprit l’agent spécial James Bond lors du développement du look de ce modèle d’édition spéciale: une carrosserie noire et argentée rehaussée de rouge et de chrome. Tout comme les gadgets intelligents que le maître ingénieur Q et son équipe d’experts ont conçus pour l’espion préféré du monde depuis plus de 40 ans, la motoneige Bombardier MX Z-REV 007 était dotée de toutes les dernières innovations technologiques.

Un millier de motoneiges Ski-Doo MX Z-REV 007 en édition spéciale de Bombardier ont été disponibles à la vente aux clients au Canada, aux États-Unis et en Scandinavie.

Un design innovateur!

Dans son design unique et innovateur, le passage du pilote vers l’avant est facilité par une conception unique du réservoir d’essence. Le trou de remplissage est toujours devant le conducteur, mais le réservoir comporte une colonne étroite à l’avant, puis s’abaisse et passe partiellement sous le siège.

châssis REV

Il ne faut pas passer sous silence une autre caractéristique unique. La configuration du siège passager 1 +1 était une belle innovation. Il s’agissait tout simplement d’un ajout optionnel qui se fixait à l’arrière du siège standard par une simple attache rapide.

Avec le nouveau châssis REV, les ingénieurs de Ski-Doo ont tout simplement repensé le concept ergonomique, qui dictait où et comment un conducteur s’assoyait. Pendant des années, les motoneigistes ont eu leurs fesses assises sur le bras arrière de la suspension arrière, leurs jambes tendues vers l’avant et leurs pieds dans des repose-pieds inclinés.

Une position de conduite en pleine mutation!

À l’époque, la pratique de la motoneige subissait des changements. Les pilotes se tenaient debout (du moins, ils essayaient du mieux qu’ils pouvaient) en étant prêts à absorber les bosses plus efficacement avec leurs jambes. Cependant, avant l’arrivée du REV, aucun châssis n’offrait une position de conduite efficace pour ce style de conduite.

Avec l’arrivée du châssis REV, le conducteur était assis 12 pouces plus en avant que les modèles conventionnels. Les jambes du conducteur se pliaient à un angle de 90 degrés au niveau des genoux, les pieds à plat sur les marchepieds et les orteils repliés pour une meilleure prise.

Une position de conduite inspirée de la moto.

Le changement de position du conducteur faisait partie d’une refonte complète du châssis. Tout avait commencé cinq ans avant son introduction lorsque certains ingénieurs de motoneiges Ski-Doo. Ils étaient aussi des conducteurs de motos tout-terrain. Ils avaient commencé à parler de la façon dont ils s’assoyaient différemment sur leurs motos par rapport à leurs motoneiges.

Lorsque les ingénieurs de Ski-Doo ont commencé à planifier le REV, ils avaient plusieurs objectifs : une meilleure ergonomie, plus de rigidité du châssis, plus de centralisation des masses, une nouvelle suspension avant, des pièces mécaniques plus faciles et une réduction de poids.

Contrairement à ce que nous étions habitués, le châssis REV n’avait pas de capot conventionnel. Il était conçu avec deux grands panneaux latéraux qui pivotaient vers l’extérieur pour un accès facile au compartiment moteur. Ils pouvaient également être retirés pour un meilleur accès aux embrayages, au carter de chaîne et aux autres pièces mécaniques.

châssis REV

Le capot avant lui-même est un petit panneau qui était maintenu par des œillets. Le capot et les panneaux latéraux étaient tous sculptés autour des pièces mécaniques. Ceci permettant à la motoneige d’avoir un profil bas tout en réduisant le poids. Si nous nous attardons quelques instants sur le devant du capot, nous y trouverons des similitudes avec le casque de Dark Vader. Faites l’exercice, vous allez probablement éprouver la même sensation!

Mon opinion personnelle.

Je me rappelle qu’il m’a fallu un certain temps pour m’adapter à l’inclinaison lorsque j’attaquais un virage. Sur ce nouveau REV avec sa masse centralisée, j’ai rapidement appris. Je devais me pencher vers l’avant et vers l’extérieur au lieu de me pencher vers l’arrière et vers l’extérieur. C’était un sentiment étrange au début, mais je me suis rapidement acclimaté avec les avantages qu’il nous fournissait.

L’un des aspects qui me dérangeaient à l’époque dans sa version originale est la conception du capot qui était en contact constant avec mes genoux. Cet inconvénient me limitait dans mes mouvements et la prise agressive de virages. Même si j’y voyais une amélioration significative, je n’étais pas 100% vendu au concept. J’y voyais plusieurs points d’améliorations à venir.

Cependant, la rapidité à laquelle je pouvais soulever mon corps pour une meilleure absorption des impacts était un immense pas à l’avant. Ce n’était plus seulement mon dos qui subissait les contrecoups. Je pouvais répartir les impacts à mes jambes plus repliées vers l’arrière. Ce nouveau châssis était définitivement plus rapide et plus ergonomique à tout point de vue.

Conclusion

En conclusion, l’arrivée du châssis REV chez Ski-Doo est une année qui doit être prise en considération lors de l’évolution de la motoneige. Elle a dicté la voie pour les motoneiges qui ont suivi tout manufacturier confondue.  En vérité, José Boisjoli était un visionnaire. Surtout, lorsqu’il affirmait que le REV allait bouleverser l’industrie. Regardez autour de vous, il y a une influence définitive du REV dans la façon dont nous pratiquons la motoneige aujourd’hui. Ce fait est indéniable!

 

D’autres articles sur Ski-Doo ici: