Essai de la Khaos en trois opinions.

L’hiver dernier, Olivier Bernier, Olivier Fortin et Cyndi Martin ont eu la chance de faire l’essai de la Khaos 2021. Voici l’opinion de ces trois collaborateurs sur cette motoneige très joueuse.

 

Olivier Fortin

Premièrement, je crois que la Khaos est la sœur jumelle écervelée de la ‘’Reine de la Montagne’’. Dans le sens où la PRO-RMK, c’est la championne posée, précise, prévisible, une référence. Ce n’est pas la reine pour rien. La Khaos, c’est sa sœur qui semble presque identique en tous points, mais qui est toujours sur le party, dans les excès. Côte à côte, on note très peu de différences, mais leurs comportements sont à des miles l’un de l’autre. La Khaos ne veut qu’une chose, s’amuser.

En ‘’sidehill’’, contrairement à la PRO-RMK, le nez a une tendance à vouloir grimper vers le haut de la montagne au lieu de tenir une ligne précise. Ce comportement n’est toutefois pas dérangeant, il suffit de le compenser en avançant son pied plus loin sur le marche-pied. Ce n’est pas la précision chirurgicale de la PRO, mais c’est très tolérable.

La 850 Patriot prend tout son sens avec la configuration de la Khaos. Elle fournit un couple à bas régime parfait pour la conduite en montagne. La géométrie de suspension arrière travaille de pair pour permettre d’avoir un sentiment de légèreté de l’avant de la motoneige, ce qui confère un comportement très joueur avec un contrôle fascinant.

Normalement, une motoneige voulant toujours être sur le ‘’wheelie’’ voudra creuser lorsqu’elle est en mauvaise posture, mais la chenille Serie 6, avec le profil de 2.6po et les crampons larges sont suffisamment efficaces. Ils compensent cet effet et permettent de creuser légèrement, juste avant de se propulser et monter sur la neige.

Les amortisseurs Walker Evans Velocity font un travail merveilleux. Ils sont constants et offrent un comportement hors pair dans un éventail très large de conditions de terrain.

La Khaos est en résumé très joueuse, très manœuvrable et réagit promptement aux commandes du pilote. Ce n’est pas la machine idéale pour les longs sidehills précis dans les arbres serrés, mais c’est une motoneige qui laisse sans voix quand on a un peu d’espace pour jouer!

La première randonnée de Jim sur la nouvelle Polaris Matryx Khaos de 2022

 

Olivier Bernier

Cette année, je me suis partagé l’essai long terme de la Polaris 850 RMK Khaos QD2 155. La Khaos est présentée comme étant une machine de montagne plus joueuse que la PRO RMK. Elle est, selon moi, la machine la plus amusante à conduire chez Polaris.

Ce que j’avais envie de tester le plus est bien évidemment les nouveautés de l’année sur ce modèle.

Pour 2021, les gros changements sont : la chenille série 8 de 2.75 pouces agencée à la Quick Drive 2.

Les concepteurs de Polaris vantaient ces modifications pour l’amélioration de performance et la flottaison.

Malheureusement, les conditions hivernales de l’hiver dernier ne m’ont pas permis de repousser la limite, mais j’ai tout de même pu bien tester les différences avec l’ancienne version.

Au début, j’ai pu facilement voir que la réponse est instantanée avec la puissance du moteur 850. On a vraiment l’impression que la machine a plus de puissance grâce aux modifications.

La spontanéité de la Quick Drive est vraiment hallucinante. On sent la machine encore plus légère du nez qu’elle l’était avant et cela m’a vraiment plu.

Avec la chenille de 2.75 pouces en neige profonde on remonte encore plus sur la neige. Pour moi, c’est un bel avantage.

La seule chose que j’ai remarqué et je ne suis pas le seul à qui cela s’est produit, la chenille échappait les dents du barbotin. Il y en a seulement un seul au centre qui a des dents et j’ai l’impression que cela n’est pas suffisant.

Plusieurs ont rajouté des barbotins latéraux pour éviter ce problème, mais avec une motoneige neuve, ce n’est pas souhaitable.

Sinon, la solution est d’ajouter de la tension sur la chenille, mais cela use plus rapidement les lisses des rails et met une tension supplémentaire, ce qui n’est pas l’idéal pour la durée de vie d’une chenille.

En essai, le casque Altitude de 509 (2020-2021) !

Autrement, c’est vraiment une motoneige polyvalente en neige profonde et c’est un plaisir à conduire.

Les amortisseurs WER qui sont mous au début et plus fermes lorsque la compression est plus importante donnent une bonne manœuvrabilité et demeurent performants en impact.

J’ai hâte de voir la nouvelle plateforme MATRYX avec la même chenille et le QD2. Je ne peux faire autrement que de souhaiter avoir la chance d’être derrière son volant pour cette saison !!

 

 

Cyndi Martin

Je tiens d’abord à souligner que je suis une petite débutante dans le monde du hors-piste comparé à mes deux comparses.

Alors voici l’opinion d’une débutante.

Je crois que lorsqu’on commence dans le domaine, une plus petite cylindrée peut être plus souhaitable. Ça permet de mieux comprendre les techniques et de mieux les maitriser. Ça pardonne plus.

Avec la Patriot 850, la puissance dépassait parfois mes compétences, surtout avec la vitesse de réponse qu’apporte la Quick Drive 2.

J’ai cependant appris à faire mes manœuvres avec cette motorisation qui, dans certaines situations, m’a sauvé la mise.

Sinon, j’ai vraiment apprécié le côté joueur Khaos. Les deux Oli l’ont bien souligné dans leur texte. Elle veut toujours avoir le nez dans les airs. Ce qui est amusant et qui aide dans certaines situations. De plus, avec sa chenille de 2.75 pouces, la motoneige veut juste flotter sur la neige.

Les amortisseurs Walker Evans Velocity de la Khaos sont vraiment fantastiques et apportent une constance dans différentes conditions. Au Québec, en hors-piste, on rencontre plusieurs types de conditions et de terrains. Ils absorbent bien les chocs et offrent au pilote beaucoup de confort.

C’est une machine qui se laisse verser d’un côté à l’autre. Pour apprendre à faire nos virages en neige profonde, c’est vraiment une compagne idéale. Elle m’a vraiment aidé à apprendre à parfaire mes techniques de virage.

Un véritable Blast!

Pour l’apprentissage du ‘’side hill’’ vu qu’elle tient moins sa ligne, ça apporte un peu plus de défi. C’est d’ailleurs une technique que je dois travailler plus cette année!

Somme toute, j’ai vraiment apprécié le côté joueur de la motoneige. La puissance de son moteur m’a intimidé au début, mais j’ai su m’y faire. J’ai très hâte de voir ce que la nouvelle plateforme Matryx nous réserve ! D’ailleurs, notre collaborateur Jim a fait une première analyse de la bête. Voici son article ! Vous pouvez également lire l’article de Mathieu qui a fait un essai de la Khaos l’hiver dernier.

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site de Polaris.